22 janvier 2018

Paris sera toujours Paris

Eh oui ! j’ai fait l’impasse depuis deux semaines, mais j’ai de bonnes excuses et je peux fournir un billet de… mes enfants ! J’aurais pu vous parler de bateau, et plus particulièrement de notre Gros JeF dont je suis la marraine, et qui, depuis les cyclones Irma et Maria qui ont ravagé l’île de la Dominique, sert de transport depuis la Guadeloupe de matériel médical et de choses indispensables à ces gens qui ont tout perdu. Bernard récupère fauteuils roulant et déambulateurs qu’il remet en état, collecte des médicaments... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 01:24 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

18 décembre 2017

Papous dans la tête

Rimes et chansons. Des vers sur les lignes ! D'après Françoise Teustard, Nicolas Mosnard et le collectif des Papous dans la Tête. Défi : alexandrins, octosyllabes, rap ou rimes ! Treize à la douzaine ! On pêche en vers ce matin... Longues ou courtes, riches ou approximatives, abracadabradantesques ou résonnantes de vastitude, drôles ou touchantes, les rimes sont à vous ! Pour la première fois, la rime imposée reste à votre choix. mais essayez d'en tirer treize lignes   Ce sera le dernier travail avant les vacances de... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 14:07 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
11 décembre 2017

Témoignages

Jeu - devoir à consigne N°5 - Témoignages croisés. Sur ce tableau à trois personnages, donnez la version de chacun sur la scène. - Le verdict est tombé et elle aurait dû en prendre pour longtemps l’empoisonneuse de Loudun ! Au lieu de ça, elle a été acquittée… ACQUITTEE ! C’est pas une honte ça ? -  Mais y’avait pas de preuves… et les bocaux ont été mélangés qui z’ont dit. Un savant de Paris a même raconté que les morts étaient enterrés dans un champ d’arsenic parce que la terre du cimetière en était... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 14:21 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
04 décembre 2017

Tout va très bien Madame la Marquise

Ainsi que chaque jour, la marquise sortait à cinq heures et se rendait à l’hôtel de son père, le lieutenant de police de Paris Dreux d’Aubray, malade depuis quelques semaines, et que Marie-Madeleine se faisait un devoir de soigner, ne faisant pas confiance à la domesticité. Elle entourait son père de prévenances, ne laissant personne d’autre lui administrer le médicament qui devait le soulager de ces affreuses coliques qui le faisaient gémir et parfois hurler de douleur. Malgré ses soins attentifs, le père mourut et... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
20 novembre 2017

Croisière

Automne 1911 à bord du paquebot Olympic  Dear Meredith Je t’avais promis d’écrire aussi souvent que possible pendant cette traversée, mais le temps a passé si vite ! J’ai aussi pensé à t’envoyer un message radio, mais Daddy m’a fait remarquer qu’il faut réserver ce moyen de communication aux affaires urgentes et il a raison : j’aurai  tout le temps voulu de te raconter en détail les menus faits de cette croisière… Mais ce que je veux te confier dès aujourd’hui, c’est que j’ai retrouvé à bord l’homme le plus... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 12:10 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
13 novembre 2017

Maisons et jardins

L'histoire qui suit est vraie… Maisons et jardins   Un coup de fil de mon benjamin m’avait appris qu’ils avaient enfin trouvé la maison dont ils rêvaient depuis si longtemps… et qu’en plus, elle n’était pas très loin de la nôtre, située dans ce quartier du Bas-Chantenay qu’autrefois on appelait « ouvrier » et qui ne l’est plus depuis que toutes les usines qui en faisaient sa renommée ont fermé. Le long de la Loire, y étaient installés des chantiers navals, trois conserveries, une brasserie (la Meuse), deux fabriques... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

06 novembre 2017

A la fenêtre

Lakévio récidive pour mon plus grand plaisir ! Elle propose encore son Jeu des Papous ! 1) Commencez impérativement votre texte par la phrase suivante : "Je suis née à quatre heures du matin, le 9 janvier 1908, dans une chambre aux meubles laqués de blanc, qui donnait sur le boulevard Raspail." (emprunt à Simone, jeune fille rangée.) 2) Terminez impérativement votre texte par la phrase suivante : "Je vais laisser pousser ma moustache, décida-t-il" (emprunt à Jean-Paul, celui qui écrit sur le... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
30 octobre 2017

Qu'est-ce à dire ?

Tu es sûre de ce que tu as entendu à la radio ? Certaine ! Notre TSF est toujours branchée sur le Poste National et les informations y sont plus sérieuses que sur Radio-Andorra, Radio-Luxembourg ou même le Poste Parisien… Et le bulletin suivant a repris la nouvelle… Ce n’est pas un bobard… Aurore, Manon et Geneviève, trois amies brillantes élèves du Conservatoire de musique de Paris sont consternées. Ginette Neveu leur idole, la jeune violoniste virtuose était morte quelques mois plus tôt dans le crash d’un avion qui... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
23 octobre 2017

lz bouqet d'auromne des Papous

Bouquet d'automne Cette semaine, Lakévio a été machiavélique : elle a imposé l'inclusion de huit mots sans que l'on puisse en modifier l'orthographe et sans les conjuguer. Elle appelle ça "le jeu des Papous" ! Je ne sais comment s'en sont tirés les autres blogueurs et blogueuses, mais cela a bien ralenti mon inspiration comme vous le verrez ! Dictionnaire - pianiste - hortensia - bouée - affreux-mordant  - pénible - éclairer La jeune Meredith était songeuse en composant le bouquet qu’elle voulait offrir à sa granny en... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
16 octobre 2017

Feu rouge

Feu rouge Eugène Cadic était heureux : assis dans son jardin, il savourait l’idée qu’il allait faire de cet espace orienté plein Sud un petit paradis. Jusqu’alors, il n’y cultivait que les légumes indispensables à la famille qu’il était si heureux d’apporter à sa mariée, comme il aimait à dire. Il y avait assez de place pour y planter des rosiers, des dahlias, des hortensias, et même une glycine tout près de la maison, et que Marguerite (tiens ! des marguerites aussi…) pourrait voir depuis les fenêtres sans avoir à... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]