13 novembre 2017

Maisons et jardins

L'histoire qui suit est vraie… Maisons et jardins   Un coup de fil de mon benjamin m’avait appris qu’ils avaient enfin trouvé la maison dont ils rêvaient depuis si longtemps… et qu’en plus, elle n’était pas très loin de la nôtre, située dans ce quartier du Bas-Chantenay qu’autrefois on appelait « ouvrier » et qui ne l’est plus depuis que toutes les usines qui en faisaient sa renommée ont fermé. Le long de la Loire, y étaient installés des chantiers navals, trois conserveries, une brasserie (la Meuse), deux fabriques... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

06 novembre 2017

A la fenêtre

Lakévio récidive pour mon plus grand plaisir ! Elle propose encore son Jeu des Papous ! 1) Commencez impérativement votre texte par la phrase suivante : "Je suis née à quatre heures du matin, le 9 janvier 1908, dans une chambre aux meubles laqués de blanc, qui donnait sur le boulevard Raspail." (emprunt à Simone, jeune fille rangée.) 2) Terminez impérativement votre texte par la phrase suivante : "Je vais laisser pousser ma moustache, décida-t-il" (emprunt à Jean-Paul, celui qui écrit sur le... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
30 octobre 2017

Qu'est-ce à dire ?

Tu es sûre de ce que tu as entendu à la radio ? Certaine ! Notre TSF est toujours branchée sur le Poste National et les informations y sont plus sérieuses que sur Radio-Andorra, Radio-Luxembourg ou même le Poste Parisien… Et le bulletin suivant a repris la nouvelle… Ce n’est pas un bobard… Aurore, Manon et Geneviève, trois amies brillantes élèves du Conservatoire de musique de Paris sont consternées. Ginette Neveu leur idole, la jeune violoniste virtuose était morte quelques mois plus tôt dans le crash d’un avion qui... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
23 octobre 2017

lz bouqet d'auromne des Papous

Bouquet d'automne Cette semaine, Lakévio a été machiavélique : elle a imposé l'inclusion de huit mots sans que l'on puisse en modifier l'orthographe et sans les conjuguer. Elle appelle ça "le jeu des Papous" ! Je ne sais comment s'en sont tirés les autres blogueurs et blogueuses, mais cela a bien ralenti mon inspiration comme vous le verrez ! Dictionnaire - pianiste - hortensia - bouée - affreux-mordant  - pénible - éclairer La jeune Meredith était songeuse en composant le bouquet qu’elle voulait offrir à sa granny en... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
16 octobre 2017

Feu rouge

Feu rouge Eugène Cadic était heureux : assis dans son jardin, il savourait l’idée qu’il allait faire de cet espace orienté plein Sud un petit paradis. Jusqu’alors, il n’y cultivait que les légumes indispensables à la famille qu’il était si heureux d’apporter à sa mariée, comme il aimait à dire. Il y avait assez de place pour y planter des rosiers, des dahlias, des hortensias, et même une glycine tout près de la maison, et que Marguerite (tiens ! des marguerites aussi…) pourrait voir depuis les fenêtres sans avoir à... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
09 octobre 2017

Le vieux fauteuil

Ouille ! J'ai oublié de programmer hier mon devoir du lundi, mais je peux fournir un mot d'excuse à la maîtresse Lakévio : mes Gwad'loupéens venus passer quelques jours avec moi sont repartis très tôt ce matin et ils sont maintenant au-dessus de l'Atlantique... Le vieux fauteuil  Depuis la mort de ma mère, son vieux fauteuil défraîchi était resté au grenier ; je ne lui trouvais aucune place dans la maison mais pour rien au monde je ne l’aurais jeté… Je ne suis pas certaine que mes parents l’avaient acheté neuf, mais... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 13:26 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

02 octobre 2017

Noces de diamant

Noces de diamant 1) Commencez impérativement votre texte par la phrase suivante : "Ça a débuté comme ça." (emprunt à Louis-Ferdinand, qui voyage au bout de la nuit.) 2) Terminez impérativement votre texte par la phrase suivante : "En fait, Madame Polant déléguée par la famille avait seule suivi le corbillard." (emprunt à Maurice des Grandes familles.) Ca a débuté comme ça… et Fanch ce vieil homme, se souvenait de leurs jeunes années lorsqu’il avait épousé Soizick, sa jeune voisine, qu’il savait être la femme de sa vie.... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
25 septembre 2017

Déjà l'automne !

Déjà l’automne ! Aussi loin que je me souvienne, l’été et ses grandes vacances était ma saison préférée, mais à la rentrée des classes, les teintes de l’automne me plongeaient dans un ravissement tel que je ramassais les feuilles mordorées tombées des platanes avec l’intention de les peindre à la gouache dès le retour à la maison… En ai-je couché sur le papier Canson de ces feuilles aux couleurs de bronze cuivré que ma mère utilisait ensuite sans états d’âme pour alimenter les brindilles qui feraient naître le feu dans notre... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
18 septembre 2017

Les dames en noir

Histoire de pébroque ou La pluie   Il pleut, il mouille, c’est la fête à la grenouille. Les Nantais aiment la pluie, c’est bien connu… et les Nantaises encore plus ! Pourquoi ? c’est un mystère. Dès qu’un nuage gris pointe à l’Ouest, les Nantaises sont dehors, tous parapluies ouverts, chapeaux sortis des cartons, bottines cirées, accompagnées ou non de leur compagnon qui lui, arbore le suroît, le caban ou le k-way pour les plus conservateurs. Les escargots laissent pointer les yeux au bout de leurs antennes,... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
11 septembre 2017

C'est la rentrée !

C'est la rentrée ! Longtemps, je me suis couchée de bonne heure : je n’avais pas le choix et les coupures d’électricité de cette époque nous laissaient chaque soir 30 à 45 minutes dans l’obscurité complète parce qu’il fallait que le courant aille dans les usines qui tournaient à plein régime pour redresser notre pays, ruiné par une guerre perdue et quatre ans d’occupation germanique. Enfant obéissante, je ne protestais pas, parce que j’avais un secret que mes parents n’ont jamais découvert. Déjà avide de lecture, j’avais... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:45 - - Commentaires [17] - Permalien [#]