15 octobre 2018

Mon cousin George William n'est pas ce que vous croiyez !

Ce n'est pas ce que vous croyez ! Quelle mouche m’avait donc piquée pour sortir mon Canichou en ce dimanche pluvieux ? Le chien tirait sur sa laisse et je décidai de rentrer quand le taxi jaune avait stoppé à ma hauteur. Un couple rieur s’apprêtait à y monter… et immédiatement, je reconnus sans erreur possible mon cousin George William. J’avais bien entendu de vagues rumeurs dans la famille le concernant, mais je n’avais pu en savoir plus et la chose m’était sortie de la tête. L’oncle Herbert semblait parfois parler de... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

01 octobre 2018

L'ouvreuse

L'ouvreuse Madame Gaudin était notre voisine et ses deux enfants mes amis. Suzanne était mon aînée d’un an et Raymond un peu plus jeune. Le papa était prisonnier en Allemagne et son épouse mettait un point d’honneur à lui envoyer un colis dès qu’elle avait réussi à réunir ce qu’il fallait pour améliorer la vie du soldat dans un stalag de Silésie où les terribles hivers le faisaient souffrir abominablement. Pendant la semaine, Madame Gaudin travaillait à la raffinerie de sucre de Chantenay. Mais les samedis soirs, les dimanches... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
24 septembre 2018

Petites annonces

Petites annonces Tout juste rentrée de mon périple en Russie et l’œil à peine ouvert sur le journal du jour, je savoure le moka et les croissants de mon petit déjeuner…  Quel choc ce matin ! Comme chaque jour, j’aime jeter un coup d’œil sur les petites annonces immobilières afin d’évaluer grosso modo la valeur du patrimoine que je laisserai à mes enfants, soit une maison ancienne dans un quartier résidentiel d’une grande ville de l’Ouest… La photo du journal ne laisse aucun doute : la maison où ont vécu mes... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 12:10 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
17 septembre 2018

La nouvelle Eve

 Vous pensez bien que je ne pouvais éviter de m'inspirer de l'histoire du pays où je suis pour quelques jours encore... La nouvelle Eve Eva avait pris dans ses mains le flacon de parfum qui, avec d’autres, était posé sur une étagère de la salle de bain de sa tante Natacha, qui vivait à Paris depuis son mariage il y avait presque quarante ans avec un diplomate français. Elle en respira une odeur fascinante qu’elle n’avait jamais  sentie de sa vie, et elle sut immédiatement que ce serait CE parfum, là, et non un autre qui... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 11:16 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
10 septembre 2018

Je suis depuis samedi à Moscou d'où je vais entamer une croisière sur la Volga de deux semaines. Nous n'irons pas à St Petersbourg, mais finirons à Astrakhan. Je dis "nous" car nous partons à deux, ma fille Hélène et moi. Je bloguerai dès que j'en aurai la possibilité pour vous faire partager mes (nos) découvertes. Quant à Lakévio, elle ous a imposé de nous faire entrer dans les pensées des trois personnages... et j'ai concocté un mini-drame... § Réflexions à trois personnages Rose Je suis si impatiente de rentrer ! Pas... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
03 septembre 2018

C'est la rentrée !

C'est la rentrée en rimes croisées Pour la rentrée, Lakévio ne nous a pas fait de cadeau ! Pensez... écrire un "dizain" en rimes croisées ! Keksessa ? Oh, simplement un semblant de poésie en dix vers, mais en syllabes libres si l'on a bien suivi l'exemple qu'elle nous donne sans toutefois l'exprimer clairement... Je me suis donc livrée à un délire qui n'a de poétique que l'intention de ne pas déplaire à la maîtresse ! Accrochez-vous... si vous pouvez ! ... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

30 juillet 2018

Scuses à la maîtress

Scusez-moi maîtresse... Je n'ai pas fait mon devoir à temps cette semaine pour causes diverses. J'vous explique : nous sommes partis en bateau avec mon filleul Le Gros JeF en famille à Marie-Galante. le programme était farniente, pêche à la traîne spécialité de ma fille, plongée en apnée sur les coraux... J'avais eu le temps de voir le sujet que vous avez proposé, et j'y ai réfléchi. Mais nous sommes rentrés hier à la nuit tombée par une mer difficile, hachée, et les deux jeunes mousses ont eu le mal de mer. A l'aller, une superbe... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 20:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
23 juillet 2018

Un p'tit coup d'pastis en sortant de l'eau ? Ah ! qui n’a pas eu envie d’un pastis après un bain de mer pris en Méditerranée ne sait pas ce qu’est un bain de mer pris le matin en Méditerranée a écrit Marguerite Duras en 1952 dans « Le Marin de Gibraltar » Chacun de nous sait combien  elle a vécu de vies dans la sienne ! Mais qu’elle ait aimé siroter un pastis en sortant de la Méditerranée n’oblige personne à partager ses goûts. Elle a été un écrivain reconnu et à juste titre, mais, comme nous tous, elle... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 00:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
16 juillet 2018

Phillipe avait murmuré "Rendez-vous à la gare"

Rendez-vous à la gare  « Rendez-vous à la gare »… C’est ce que Philippe avait murmuré à Sylvie avant de rejoindre la capitale dans sa belle Aronde décapotable. Ils avaient convenu de se retrouver le samedi suivant à Paris qu’elle ne connaissait pas… pas encore… Et elle était là, sur le quai désert de la petite gare de St Julien, attendant l’autorail qui la mènerait jusqu’à La Rochelle où elle prendrait l’express de Paris. Car dans la fièvre de ses vingt ans, elle en rêvait depuis qu’elle avait connu Philippe qui... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
09 juillet 2018

Restez groupés

Restez groupés     Nous sommes en Bretagne pendant l’été 1938, il y a juste 80 ans, et ce récit n’est pas une fiction.  §  Ainsi qu’il le faisait deux fois chaque jour avec son autocar, le père Mathieu avait chargé à la gare de Quimperlé les voyageurs qui allaient au Faouët, à 20 km de là. Il connaissait chaque nid de poule de la route mal goudronnée, mais il avait la main douce pour conduire son véhicule parfois rétif, et ses clients lui étaient reconnaissants de ne pas les brouetter. Me Bargain le notaire... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]