17 juin 2018

Jean, François et les autres...

La semaine dernière, la Bourlingueuse était en vadrouille Jean, François et les autres... -  Commencez impérativement votre texte par la phrase suivante : "Que peut-elle bien faire encore au-dehors, dans ce noir ?" Emprunt à Jean et sa divine Ondine. - Terminez impérativement votre texte par la phrase suivante : "Elle farda ses joues et ses lèvres, avec minutie; puis, ayant gagné la rue, marcha au hasard." Emprunt à François et sa Thérèse D. Que peut-elle bien faire encore au dehors, dans ce noir ? La soirée avait... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 20:23 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

04 juin 2018

A Paris

A Paris    A vous de jouer, avec : éclat, farcis, musaraigne, saison, s'époumonait, retentit, machiniste, poubelle, document, distingué.  Videz votre sac, lundi ! En ce début de juillet 1952, Jeanne une jeune provinciale, était à Paris pour la première fois et elle avait été éblouie par la « ville-lumière ». Ce jour-là, elle avait décidé de prendre seule le métro pour visiter Montmartre, et elle n’en menait pas large. L’éclat des arcs électriques dans le tunnel annoncèrent l’arrivée imminente du train... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
28 mai 2018

Lakévio nous a joué un bien mauvais tour en exigeant de nous ses "fans" une treizaine de vers en "ose"... Et puis quoi encore ? Elle va bien être punie en lisant ce qui suit... mais c'est elle qui l'a voulu ! Bien fait ! La poésie de la névrose   Ce que Lakévio nous propose Ou plutôt ce qu’elle nous impose Pourrait nous conduire en symbiose A exiger d’elle une pause (pose ?)   Lutter pour éviter l’hypnose Refuser la métamorphose Qui peut modifier quelque chose Ou bien conduire à l’ankylose   Cette... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
21 mai 2018

Le drap ou l'étoffe

Le drap ou l'étoffe Il est six heures du soir, l'été.  Exercice où il s'agit d'étoffer votre texte autour de la phrase tirée du premier roman de Jean Giono - Colline - 1929. Pourquoi cette toile me ramène-t-elle tant d’années en arrière ? Nous sommes en 1964, il est six heures du soir, l’été est torride et c’est la première fois que nous visitons l’Italie. La confortable DS19 nous a fait traverser la France en douceur, et nos trois enfants sont censés se relayer sur le siège arrière, chacun faisant 100 km à la place du... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
14 mai 2018

Roue libre

Roue libre  Juillet 1936 Les accords de Grenelle tout juste signés, Raymond avait déclaré à Jeannette, sa jeune épouse : Et si nous allions passer nos congés sur la Côte d’Azur ? J’en rêve depuis que j’ai vu ce film de Jean Vigo qui se passe à Nice… En deux semaines, on peut en voir des choses ! Qu’en dis-tu ? Et comment irons-nous ? En train ? C’est cher, même avec les billets « congés payés »… Et l’hôtel ? Tu y penses ? C’est du luxe, ça, c’est pas pour nous les ouvriers… ... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
07 mai 2018

Le chemin qui longe la mer

Le chemin qui longe la mer Vous l'avez compris : thème imposé : la mer ! J’ai sifflé mes chiens qui guettent, impatients le moment privilégié où nous allons tous les trois, ainsi que chaque jour, faire une balade matinale le long de ce chemin que certains nomment encore « sentier douanier ». L’air vif me fouette le visage et je me remplis les yeux du spectacle de l’Atlantique qui s’est revêtu du gris-bleu pâle que je préfère… Nous sommes ici en Bretagne et notre océan n’a pas les audaces de la Méditerranée qui aime à... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

30 avril 2018

Au travail !

Au travail ! Sveltana guettait chaque jour après le travail à la mine le passage du bel Alekseï sans jamais pouvoir croiser son regard. C’est qu’il y avait non seulement les collègues féminines qui elles aussi, tentaient leur chance d'attirer son attention, mais aussi et surtout les compagnons du héros dont on parlait désormais avec admiration et envie… Car même le camarade Staline, le petit père du peuple, avait reçu Alekseï dans son bureau du Kremlin pour le féliciter… c’est dire ! Il était revenu à la mine avec une... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 13:56 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
23 avril 2018

La vie est un roman

 1) Commencez impérativement votre texte par la phrase suivante : "Notre première expérience, chose remarquable, est celle d'une disparition." Emprunt à Lou qui nous raconte sa Vie.  2) Terminez impérativement votre texte par la phrase suivante : "Referme un instant sur le monde la porte et la fenêtre, tourne-toi vers le journal pour toutes ses notations musicales, et commence un autre roman." Emprunt à Anaïs qui écrit son Journal. Entre les deux, casez ce que vous voulez ! § La vie est un roman Notre... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
16 avril 2018

Printemps 1925 Lorsque Dorothy revint dans le salon après avoir raccompagné Tom, son regard tomba sur les gants qu’il avait oubliés sur le fauteuil… S’approchant, elle fut sidérée de voir la photographie ostensiblement posée contre le dossier, puis une carte à jouer, et pas n’importe laquelle : le « King of Heart » ! Elle comprit soudain la perfidie de cet homme dont elle avait adroitement repoussé les avances en ayant l’air de ne pas les comprendre… Elle était restée hermétique à ses allusions, mais... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 18:25 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
08 avril 2018

Sans tête

Deux sans tête        Claude et Dominique ne s’étaient pas vus depuis si longtemps, et ils bénissaient Internet d’avoir permis qu’ils se retrouvent. Ils avaient convenu de se rencontrer sur un banc du boulevard qui les avait vu grandir. Ils avaient menti tous deux en prétendant que l’autre n’avait pas changé, mais leur plaisir était immense de renouer les liens qu’ils avaient tissés dans leur jeunesse si complémentaire que leurs familles auraient pu les juger suspects. Aujourd’hui, ils en riaient, et... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 21:02 - - Commentaires [14] - Permalien [#]