23 mars 2020

La fille à la fenêtre ? Elle est confinée !   Elle est comme nous. Elle est à sa fenêtre. Que souhaite-t-elle ? Que pense-t-elle ? Comme nous est-elle confinée, prisonnière, recluse ?  Dites lundi ce que vous pensez à partir de cette toile de Salvador Dali.   Isabelle a pris sa voiture et, en dépit de l’avis de ses parents qui n’étaient pas d’accord avec sa décision, elle a pris la route pour arriver ici à Belle-Ile dans la villa  familiale de vacances, juste avant l’annonce officielle du confinement... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 01:16 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

16 mars 2020

Un choix difficile

Le choix Sur cette toile d’Aldo Balding, ces deux là font quand même une drôle de tête, même s’ils nous tournent le dos, ça se voit, ça se sent, ça se sait. Que diable arrive-t-il ? Faites nous part de ce que vous en pensez lundi. Romain a entraîné Jeanne dans la crique qui borde le domaine familial où durant tant d’étés de leur enfance, ils ont joué aux pirates ou aux naufrageurs qui ramassaient tout ce que la mer déposait sur le sable doré de la plage qu’ils considéraient comme leur domaine exclusif… Car il va bien falloir... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
09 mars 2020

Me too !

Me too !     -         Oh Jeff, je t’aime aussi MAIS… je n’oublie que c’est ma mère que tu as séduite avant de jeter un regard sur la gamine impubère que j’étais alors… Je crois que sur le moment, j’ai été flattée de voir ton regard changer lorsqu’il s’attardait sur moi… Je me suis laissé prendre à ce jeu et tu me faisais croire que j’étais une grande, alors que mes treize ans auraient dû te freiner, toi l’amant de ma mère qui voulait aussi savourer le fruit acidulé que j’étais.... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
02 mars 2020

Un rendez-vous manqué

Un rendez-vous manqué Qu’est-ce qui m’avait pris de lui donner ce rendez-vous dans cette brasserie de Montparnasse ? La fraîcheur toute relative du lieu est un bonheur comparée à l’étouffante chaleur humide de Paris en cette fin août, où je suis venue tout exprès en train depuis Bénodet et ses plages de sable blanc afin de mettre les choses au point. Car, durant le dernier week-end, j’en avais eu brusquement assez de couvrir les frasques de Claude l’imprévisible qui, face à la jalousie de Camille, lui faisait avaler des... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
24 février 2020

Avril à Paris

Avril à Paris Si vous commenciez votre devoir par : « Distendu, ralenti, comme dans un rêve, c’était la musique d’Avril au Portugal. » Le terminiez par : « Et de nouveau son regard s’attardait sur mes mains. » Tout ça en brodant pour lundi une histoire autour de cette aquarelle de John Salminen. Ça vous dit ? Distendue, ralentie, comme dans un rêve, c’était la musique d’Avril au Portugal  qui me trottait dans la tête. Lorsque j’étais entrée dans le cinéma, le ciel était lourd, et il ne pleuvait pas.... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
17 février 2020

Les violettes de Toulouse

Les Violettes de Toulouse La boîte n’est pas grande, mais elle contient un flacon de ‘’sent bon’’, et l’étiquette porte Violettes de Toulouse. J’ai onze ans et je viens de recevoir en cadeau mon premier parfum. Ma grande cousine Marie est institutrice à Toulouse et elle a fait un long et difficile voyage en train jusqu’à Nantes pour être présente à ma première communion. Car en ces temps d’Occupation, les wagons dévolus aux voyageurs étaient ceux avaient été mis au rebut au profit de voitures plus confortables, maintenant... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 12:52 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

10 février 2020

La rue Demi-Lune Le vieil homme a entamé péniblement la montée de mes marches, celles-là même que dans sa jeunesse il grimpait en courant avec ses copains les jours de bordée. Déçu, il dit ne m’avoir pas reconnue, et que je n’étais pas si étroite… Bien sûr, les bombardements alliés de la Seconde Guerre mondiale ont considérablement modifié mon décor, et les temps ne sont plus les mêmes. Les immeubles détruits ont été rebâtis, mais voyez comme il n’y a plus de vie sur mes pavés ! Le seul réverbère  qui a survécu... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 20:37 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
26 janvier 2020

L'homme au balcon

L'homme au balcon Mais que regarde, qu’attend –ou non- cet homme à la fenêtre. Je sais qu’il regarde par la fenêtre d’un appartement que je reconnais près de la gare Saint Lazare. Attend-il ou regarde-t-il simplement cette femme qui s’éloigne du côté à l’ombre de cette rue ensoleillée ? Si vous avez une idée de ce qui occupe ses pensées, dites le lundi.  § L’homme est inquiet. Nadejda devrait être de retour depuis près d’une heure. Il ne se risque pas à descendre pour aller au-devant d’elle, parce qu’il sait qu’il peut... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 18:57 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
19 janvier 2020

Le rendez-vous à la Rotonde 23ème devoir de Lakevio du Goût Hopper me rappelle chaque fois quelque chose de nouveau, me raconte une nouvelle histoire, un angle de vision que je ne soupçonnais pas. Et vous ? Que vous dit cette toile ? Que fait la cette jeune fille ? Qu’attend-elle ? Dites le lundi…   C’était mon premier séjour à Paris, et je découvrais la capitale en me promenant seule dans la journée. Je logeais chez une parente qui travaillait et ne pouvait m’accompagner que le soir et les samedis et... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 17:52 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
15 janvier 2020

Le carrefour et les petites annonces

En retard sans doute, mais vous en aurez deux pour le prix d'un ! Le carrefour du Zabrenn Nous sommes en 1943, j’ai onze ans et reviens de la ferme de mes grands parents où je dois aller chaque jeudi chercher le lait pour ma tante chez qui je suis réfugiée depuis les récents et massifs bombardements de Nantes. Les autres jours, d’autres que moi en ont la charge. La maison sur la gauche est un bistro de campagne que fréquentent les paysans du coin qui viennent aussi y acheter le gros tabac gris de leur ‘’décade’’, qu’ils... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 23:39 - - Commentaires [8] - Permalien [#]