Nat' dans les escaliers de Montmartre

Le poète et l'inconnue

Ceux de mes amis qui me connaissent bien m’avaient déconseillé de sortir ‘’à cause de mon âge’’… Mon âge ? Oui bien sûr, je suis née en 1945 parce que mes parents s’étaient connus dans la Résistance. Eh oui… c’étaient des rebelles, et j’ai été biberonnée avec leurs idées libertaires dont j’ai fait mon credo !

Qui donc pourrait arrêter Nathalie, dite Nat’ quand elle a décidé quelque chose ?

Ma mère, Dieu ait son âme, disait souvent : ‘’Qu’y a-t-il de meilleur que de faire une chose défendue ?’’

Mai 1968 a été pour moi un bonheur sans mélange… Faire un pied de nez, aux autorités fut un régal infini… cela d’autant plus que mes parents s’ils n’étaient plus vraiment des rebelles et désapprouvaient la ‘’chienlit’’, participaient aussi aux manifs où nous retrouvions Dany, un mec rigolard aux cheveux rouges.

Ma vie durant, je n’ai jamais cessé de transgresser les règles imposées par des gens haut placés que je n’ai pas choisis puisque je refuse d’aller voter : oui, je suis une abstentionniste et j’en suis fière.

Alors vous pensez… le confinement ! Il suffit qu’une chose soit interdite pour que j’aie immédiatement un éclair de rébellion qui me traverse l’esprit.

Avec quelle jubilation je parcours sans masque, quel que soit le temps les rues désertes de Montmartre sans avoir rempli le sacro-saint sésame ‘’attestation de déplacement’’. Je me suis cependant fait arrêter deux fois par la police, et malgré mon numéro de vieille dame invalide et un peu alzheimérisée (qui est cependant au point, je vous l’assure), j’ai dû payer rubis sur l’ongle 135 € d’amende, puisque chaque plaisir a son prix. Mais pour moi le nirvana est de parcourir de nuit Montmartre et ses escaliers, de passer sur la place du Tertre sans vie, devant le Lapin Agile aux volets clos, la rue des Martyrs que Michou a abandonnée. J’y retrouve des potes et nous clopons ensemble en nous tapant dans le dos comme de vieux copains de régiment.

Ma mère avait raison. Alexandre Jardin et moi avons cet axiome en commun : rien n’est meilleur que de faire une chose défendue.

Le corona virus appelé Covid 19 ? Je lui fais un doigt d’honneur !

§

 Annonce parue dans Libé du 6 avril 2020 :

 

Les amis de Nat’ ont la douleur de faire part du décès due au corona virus de

Nathalie XXXXXXX

Ses obsèques ne pourront être célébrées que lorsque la situation sera redevenue normale

Son corps repose à la morgue de Rungis où il n’est pas possible de la voir

Ni fleurs ni couronnes

§

Autre histoire vraie

F. est ma belle-fille, l’épouse d’Hervé mon fils décédé il y a 4 ans, et elle vit avec L. son fils aîné, dans une maison à 100 m de la mienne. Dans la nuit de dimanche à lundi dernier vers 2 h du matin, elle a été réveillée par la lumière du palier qui entrait par sa porte qui venait de s’ouvrir. Croyant que c’était son fils, elle a posé une question qui a fait fuir l’intrus.

Bilan : du matériel informatique vieillissant, des cigarettes dans la cuisine… mais surtout, la plus belle des guitares de mon fils, celle qui a le plus de valeur…

Ils sont entrés par la porte du garage qu’ils ont défoncé, croyant probablement la maison inoccupée…  La police a été prévenue mais avoue être dépassée, le nombre des cambriolages ayant fait exploser les statistiques depuis le confinement.