Aujourd’hui est prévue une sortie en catamarans, mais je préfère ne pas y participer activement, le soleil me fait peur et il n’y a rien pour s’abriter. A l’UCPA de St François, Lubin, qui  connaît les trois AAA depuis des décennies, s’est occupé de tout et les deux catamarans sont prêts à notre arrivée.

P1130827

On m’a installée à l’ombre tordue d’un arbre qui a connu tant de cyclones et que je connais bien pour y avoir pris des bains de soleil à ma façon : à savoir, vêtue de T-shirt couvrant ou enveloppée d’un paréo protecteur. J’aimerais, comme tant d’autres, revenir avec une peau dorée, mais la raison l’emporte et je sais par expérience qu’elle brûle même protégée par de l’indice 50 !  Fan de Michel Laclos et de ses mots croisés, j’ai de quoi m’occuper l’esprit pendant tout le temps qu’il faudra. Les deux équipages seront interchangeables et ils sauteront d’un bateau à l’autre au gré de leur envies…

La plage de l’UCPA est bordée de sable clair ; des enfants y apprennent à tenir debout sur leurs premières planches à voile.

P1130840

Lorsque nos hardis marins sont de retour, c’est le moment d’aller se baigner et je m’amuse à épater ma fille en nageant un dos crawlé sur une courte distance… Mes épaules ont accepté de pivoter sans trop de douleurs

Ibacus_ciliatus

scyllarides-latus

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est 14 h : allons-nous trouver un restaurant qui nous servira à cette heure avancée ? Oui… nous sommes les derniers, mais la salle est pleine et les serveuses débordées. Il faudra attendre qu’elles puissent trouver un moment pour prendre notre commande. Le choix est limité à cette heure, mais néanmoins, chacun trouvera son bonheur. Il reste en cuisine une cigale de mer, une seule, et c’est à moi qu’elle échoit. Grillée, elle est malheureusement trop sèche, faute d’avoir été garnie avec une sauce qui lui aurait gardé son onctuosité. Mais ne chipotons pas… même sèche, je m’en régale ! La cigale de mer est un crustacé diont la chair est comparable à la langiouste, et que l'on peut rencontrer dans les eaux très peu profondes. La première que j'ai vue de ma vie m'est passée entre les pieds dans un lagon de la côte sud de Guadeloupe... il y a ... 32 ans ! J'ai fait un bond, autant surprise qu'effrayée de cet animal dont je n'avais jamais entendu parler.

Sieste pour tous à la Maison Bleue, sauf pour l’irréductible que je suis. Je commence à regrouper mes affaires et me préparer mentalement au retour. Toute chose a une fin, et ce séjour subit la loi universelle… Armel aussi reprend l’avion, mais lui, c’est ce soir. C’est bien sûr Axel son jumeau qui va le conduire à l’aéroport afin de retarder davantage l’instant de la séparation.

P1130845

Son alter ego est en vol...