Nous sommes à La Paz en Bolivie pour notre dernière soirée en Amérique Latine. et descendons un peu la calle aux pavés polis et glissants, jusqu’au Parnasso, ce restaurant-cabaret prisé par les touristes et qu’Aquiles nous a recommandé. Nous pourrons y dîner pour 30 bolos en assistant à un spectacle folklorique de musique et de danse.

On a déplacé des tables pour nous loger à 10, et le chûvray ce vin d’altitude nous est servi frais. Nous allons goûter au lama grillé, tendre mais un peu sec.

Aquiles retardé arrive enfin avec une amie, et nous voici 10 à applaudir et claquer dans nos mains comme un « bon public »... Nous avons été repérés, les autres dîneurs restant sur leur quant-à-soi : ils sont Américains de San Fransisco, Suisses, Argentins, Brésiliens... Au micro, l’animateur remercie les Français et les acclamations nourries d’une partie de l’assistance qui s’est mise debout ovationnent qui ?.. Mais nous… Français… les champions du monde de football !

C’est bien la seule fois de ma vie où l’on m’a applaudie comme championne du monde, moi qui n’ai vu qu’un seul match de foot à la TV, et encore par accident : mais c’est celui qui a fait la France grimper aux rideaux en battant le Brésil par 3 à 0 !

IMG-20180710-WA0004

Axel a voulu illustrer à sa façon la demi-finale des Bleus face aux Diables Rouges : nous étions partagés. L'un des nôtres est Belge...

Pour la finale, pas de dilemme : pas de Croate dans la famille !