Le serre-volant de Jeannette

Le cerf-volant

La petite Jeannette est si heureuse ! Elle aussi va pouvoir enfin courir dans la prairie en faisant voler ce que Pierrot son grand frère a bricolé pour elle avec ce qu’il a trouvé dans la remise de la ferme des parents… Mais auparavant, ils étaient allés tous les trois près de la rivière où poussent les saules, afin d’en couper les fines pousses si souples, nécessaires pour faire l’armature sur laquelle il fallait tendre la toile bise plus qu’à demi usée, vestige d’un vieux drap cent fois raccommodé.

Elle est impatiente, mais Pierrot tient absolument que  la queue dont il a garni l’engin soit longue, plus longue en tout cas que celle de l’objet que la prétentieuse Yolande qui regarde Jeannette de haut avec son jouet acheté dans un magasin spécialisé de la ville. Depuis plus d’une semaine, la fille du manoir vient la narguer dans la prairie de ses parents où paissent leurs vaches. Yves, le petit frère plie les papiers que Pierrot accroche un à un.

Jeannette n’en peut plus… elle veut courir et se mesurer à Yolande. Impatiente, elle veut s’élancer et faire voler son serre-volant bien plus haut que celui du marchand de la ville, même s'il a plein de belles couleurs…