Rite de pas sage

Rite de pas sage

J’ai été une enfant sage… si sage… trop sage… Comme j’ai dû être ennuyeuse dans ma jeunesse ! Rassurez-vous, plus je prends de l’âge et plus je me lâche…

Excellent élève, sauf à l’encontre des maths qui m’ont beaucoup fait souffrir, je n’ai eu qu’une seule punition durant ma scolarité, c’est dire !

Pourquoi l’année de mes treize ans, Madame Holl ce profsseur de collège qui était censée nous donner des notions de comptabilité (pour laquelle je n’avais aucun penchant) avait-elle jugé que mon devoir avait été bâclé ? Elle décida que cela méritait bien cent lignes à rendre pour les jours suivants.

Je pris la chose avec philosophie et commençai la punition le soir même, pensant que faite en doses homéopathiques, elle passerait plus vite. Le lendemain, je m’avisai que l’alignement des ‘’je’’, des ‘’ne’’ puis des ‘’ferai’’ était assez harmonieux, et ce deuxième soir, je n’écrivis que ces trois mots en colonne, laissant pour lendemain la suite d’une partie de la phrase. Ce fut fait en quatre soirs et je rendis la punition en temps et heure… Seulement Madame Holl ‘’sentit’’ que quelque chose clochait en voyant l’alignement des colonnes aussi parfait que celles du Parthénon, décida de me condamner à la récidive.

 La seconde mouture fut écrite dans un style non ‘’architectural’’