05 août 2018

En famille

La maîtresse Lakévio nous a accordé des vacances... je vais en profiter pour vous faire partager un résumé de ce séjour en famille Suivez-moi... si le coeur vous en dit ! § La Guadeloupe enfin ! Aujourd’hui, son ciel s’est habillé de gris. Hélène et Bernard sont là avec deux voitures, la toute dernière acquisition est rouge… La Maison Bleue et son extraordinaire jardin exotique nous attendent et c’est le bonheur ! Prudente, je me suis munie outre de Zirtec, cet antihistaminique interdit en France que j’achète au Walmart... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 22:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 août 2018

Les voyages forment la jeunesse... mais déforment les valises !

Je n’ai pas pu modifier la place que j’avais réservée par erreur dans l’avion d’Air-France : j’avais choisi 40 L me croyant dans le fond de l’appareil. Lorsque j’ai voulu modifier, je n’ai pas su enregistrer mon nouveau choix soit 57K, l’un des deux sièges au fond de l’appareil à droite… si bien qu’Antoine prévenu a retenu la rangée centrale de 4 fauteuils tout à côté… Pour une fois, je suis sûre de n’avoir rien oublié : j’ai dormi tranquille, les deux « réveille-matin », l’alarme du smart-phone et Lulu devraient... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 22:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
02 août 2018

Les joies de la famillle

Le croirez-vous, ami(e)s qui me lisez, que j'ai découvert le plaisir de me faire materner ? Oui ! je l'avoue sans honte... moi la féministe qui revendique haut et fort son indépendance, je savoure les tendres attentions de ma descendance qui trouve des astuces pour 1/ me faire monter sans difficultés sur l'avant du Gros JeF avec une échelle qui s'accoche à l'étrave (pas de photo-témoin) alors qu'ils peuvent sauter comme des cabris depuis quai sur les amarres jusqu'au pont ou bien  2/ me tendre une épaule solide où... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 20:07 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
31 juillet 2018

Sanzeau comme le boucher de Moulinsard ?

Six heures de décalage horaire ne facilitent pas la rédaction du devoir du lundi pour Lakévio !   Salut frangin ! J’arriverai jeudi en fin d’après-midi à la villa avec les enfants, Jean suivra plus tard dans la semaine, après que sa vieille Cadillac aura été révisée par le garagiste habituel, le seul auquel il laisse sa « Merveille des fifties » La famille (enfin, la mienne !) a passé d’excellentes vacances en mer durant ce mois de juillet et les enfants savent maintenant les principales... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 17:16 - Commentaires [12] - Permalien [#]
30 juillet 2018

Scuses à la maîtress

Scusez-moi maîtresse... Je n'ai pas fait mon devoir à temps cette semaine pour causes diverses. J'vous explique : nous sommes partis en bateau avec mon filleul Le Gros JeF en famille à Marie-Galante. le programme était farniente, pêche à la traîne spécialité de ma fille, plongée en apnée sur les coraux... J'avais eu le temps de voir le sujet que vous avez proposé, et j'y ai réfléchi. Mais nous sommes rentrés hier à la nuit tombée par une mer difficile, hachée, et les deux jeunes mousses ont eu le mal de mer. A l'aller, une superbe... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 20:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
23 juillet 2018

Un p'tit coup d'pastis en sortant de l'eau ? Ah ! qui n’a pas eu envie d’un pastis après un bain de mer pris en Méditerranée ne sait pas ce qu’est un bain de mer pris le matin en Méditerranée a écrit Marguerite Duras en 1952 dans « Le Marin de Gibraltar » Chacun de nous sait combien  elle a vécu de vies dans la sienne ! Mais qu’elle ait aimé siroter un pastis en sortant de la Méditerranée n’oblige personne à partager ses goûts. Elle a été un écrivain reconnu et à juste titre, mais, comme nous tous, elle... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 00:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

16 juillet 2018

Phillipe avait murmuré "Rendez-vous à la gare"

Rendez-vous à la gare  « Rendez-vous à la gare »… C’est ce que Philippe avait murmuré à Sylvie avant de rejoindre la capitale dans sa belle Aronde décapotable. Ils avaient convenu de se retrouver le samedi suivant à Paris qu’elle ne connaissait pas… pas encore… Et elle était là, sur le quai désert de la petite gare de St Julien, attendant l’autorail qui la mènerait jusqu’à La Rochelle où elle prendrait l’express de Paris. Car dans la fièvre de ses vingt ans, elle en rêvait depuis qu’elle avait connu Philippe qui... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
15 juillet 2018

14 juillet c'est notre fête !

Feu d'artifice Pour la première fois depuis 1945, je ne suis pas sortie pour assister au feu d’artifice du 14 juillet de visu. Sauf une fois en 1990 où j’étais avec des amis français à San Francisco. Mais les festivités du 4 juillet (Independance Day) étaient passées et les feux d’artifice aussi. Nous avions donc fait notre possible pour être à la hauteur des circonstances et marqué l’événement en comité restreint au champagne de Californie. La TV nous a offert ce soir un superbe concert sur le Champ de Mars, suivi d’un spectacle... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 01:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
12 juillet 2018

J'ai été championne du monde de foot le temps d'un soir !

Nous sommes à La Paz en Bolivie pour notre dernière soirée en Amérique Latine. et descendons un peu la calle aux pavés polis et glissants, jusqu’au Parnasso, ce restaurant-cabaret prisé par les touristes et qu’Aquiles nous a recommandé. Nous pourrons y dîner pour 30 bolos en assistant à un spectacle folklorique de musique et de danse. On a déplacé des tables pour nous loger à 10, et le chûvray ce vin d’altitude nous est servi frais. Nous allons goûter au lama grillé, tendre mais un peu sec. Aquiles retardé arrive enfin avec une... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 17:06 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
09 juillet 2018

Restez groupés

Restez groupés     Nous sommes en Bretagne pendant l’été 1938, il y a juste 80 ans, et ce récit n’est pas une fiction.  §  Ainsi qu’il le faisait deux fois chaque jour avec son autocar, le père Mathieu avait chargé à la gare de Quimperlé les voyageurs qui allaient au Faouët, à 20 km de là. Il connaissait chaque nid de poule de la route mal goudronnée, mais il avait la main douce pour conduire son véhicule parfois rétif, et ses clients lui étaient reconnaissants de ne pas les brouetter. Me Bargain le notaire... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]