13 octobre 2019

Brève rencontre

BREVE RENCONTRE Pourquoi Pierre avait-il décidé de sortir malgré le crachin de cette fin d’après-midi de novembre ? Il n’avait rien à faire dehors et il n’éprouvait même pas l’envie de marcher…  Non. Simplement il n’avait su résister à une impression d’urgence qui lui avait soudain envahi l’esprit sans qu’il comprenne vraiment ce qui lui arrivait. Pierre avait parfois de ces fulgurances qui le traversaient et le poussaient à faire des choses que sa raison aurait réprouvées. Il marchait, le nez au vent et les mains... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 21:09 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

06 octobre 2019

Ophélia et Oscar

Ophélia et Oscar Ce serait bien que ces mots, par lesquels vous commencerez votre devoir, vous inspirent : « Sur l’onde calme et noire où dorment les étoiles… » Et vous le terminerez par cette phrase de Patrick, non, pas « Patriiiick ! », l’autre, Modiano : « Encore aujourd’hui, il m’arrive d’entendre, le soir, une voix qui m’appelle par mon prénom, dans la rue. » Entre les deux, vous contez sans compter… § Sur l’onde calme et noire où dorment les étoiles… Une enveloppe portant ces mots est tombée du carton... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 17:20 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
30 septembre 2019

La plage de l'Ermitage et ses découvertes

Ces deux petites, où vont-elles ? C’est Pivoine qui me l’a demandé. Elle n’en sait rien mais elle se le demande... J’ai une idée car je les connais, je sais pourquoi elles vont vers ces rochers noirs, là-bas. Et ce qu’elles pensent et se disent. Mais vous ? Je suis sûr que oui mais dites le. Ce sera bien, je crois... §   C’est la première fois que Sylvie et sa petite sœur Aurore viennent passer quelques semaines dans la villa familiale de l’Ermitage, où elles ont retrouvé Jean et Pierrot les cousins qu’elles ne... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
23 septembre 2019

Ariane, un nom doux et sonore...

Ariane, un nom doux et sonore... Racontez-nous lundi un conte qui commencera par cette phrase du grand Albert : « Solennels parmi les couples sans amour, ils dansaient, d’eux seuls préoccupés, goûtaient l’un à l’autre, soigneux, profonds, perdus. » Conte qui se conclura par ces mots du familier Verlaine : « Son nom? Je me souviens qu’il est doux et sonore, Comme ceux des aimés que la vie exila. » J’ai hâte d’être à lundi, lectrices chéries... Solennels parmi les couples sans amour, ils dansaient, d’eux seuls préoccupés,... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
16 septembre 2019

Un éléphant, ça trompe énormément !

Les Machines de l'île Joseph était le gardien des Chantiers de Bretagne depuis qu’un accident l’avait empêché d’exercer son travail de tourneur dans les ateliers où il avait commencé comme arpète avant ses quatorze ans. Il se sentait ici chez lui puisqu’il vivait à l’intérieur des chantiers qu’il avait fini par considérer comme siens. Les week-ends il aimait arpenter les ateliers vides et respirer cette odeur indéfinissable de métal refroidi qui le plongeait dans un bonheur indicible. Il espérait même que, l’heure de la retraite... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
09 septembre 2019

Jeanne est au pain sec

Jeanne est au pain sec Ce matin, Jeanne a suivi sa maman chez l’épicière juste en face de la maison familiale. Là il y a déjà deux de ses petites amies d’école qui, elles aussi, ont accompagné leur mère pour les achats de ce jeudi midi. Mais Jeanne n’a pas envie de leur parler : elle fait comme si elle ne les avait pas vues et son regard s’attarde sur la table près de la porte où sont étalées les friandises qui lui font tellement envie, et que Maman n’achète que rarement. Jeanne a attendu que les mères de famille entament la... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

02 septembre 2019

Le retour

Le Retour Miss Margaret Morgan est rêveuse : dans le train de luxe qui la conduit de Londres à Southampton, elle feuillette distraitement la brochure que lui a remise le chef de train qui l'avait installée dans la cabine en lui souhaitant ''bon voyage''. Mais son esprit est ailleurs... Hier, il s'est passé quelque chose qui va déterminer le reste de sa vie. Alors qu'elle donnait à ses amis le dîner d'adieu avant son retour en Pennsyvanie dans sa famille, Archie s'était attardé après le départ des invités. Il s'était approché,... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
26 août 2019

Les lilas blancs de Patachou

Quand refleuriront les lilas blancs Lorsque j’ai vu que Maître Le Goût nous proposait cette toile de Manet (que je ne connaissais pas), j’ai admiré la légèreté moussue des fleurs et la transparence du vase qui les contient… Immédiatement, m’est revenue en mémoire une chanson que la radio de ma jeunesse diffusait souvent, chantée aussi bien par Tino Rossi, Jean Lumière, puis plus tard André Dassary qui eut tant de mal à faire oublier son ‘’Maréchal nous voilà !‘’ Elle me semblait interminable cette chanson, et ses paroles... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 03:11 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
20 août 2019

Rite de pas sage

Rite de pas sage J’ai été une enfant sage… si sage… trop sage… Comme j’ai dû être ennuyeuse dans ma jeunesse ! Rassurez-vous, plus je prends de l’âge et plus je me lâche… Excellent élève, sauf à l’encontre des maths qui m’ont beaucoup fait souffrir, je n’ai eu qu’une seule punition durant ma scolarité, c’est dire ! Pourquoi l’année de mes treize ans, Madame Holl ce profsseur de collège qui était censée nous donner des notions de comptabilité (pour laquelle je n’avais aucun penchant) avait-elle jugé que mon devoir avait... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 15:51 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
16 août 2019

A l'école

A l'école ! Quel âge avait Yves lorsqu’il est entré à l’école de son village pour la première fois ? Cinq, six ans peut-être… Il était le deuxième d’une fratrie de cinq et l’aîné des garçons. Sa sœur Louise qui avait 13 ans à la mort de leur mère, avait remplacé celle-ci au foyer : elle n’est jamais allée à l’école. Son père aurait, préféré l’inscrire à l’école paroissiale, tellement plus convenable que l’école publique dont les prêtres dénigraient l’enseignement et qui avait une si mauvaise influence sur les jeunes... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 00:10 - - Commentaires [11] - Permalien [#]