Le baiser

 Le baiser

Cette toile de Joseph Lorusso, comme celle de Karin Jurick que je vous ai proposée la semaine dernière, montre un tableau intitulé « Le Baiser ».
Il n’est pas peint par Klimt mais par Toulouse Lautrec.
Vous inspire-t-il ?
Je vous le propose comme « devoir de vacances ».
Et pour ce « devoir de vacances » ce serait gentil si vous vouliez bien user des mots suivants :
- Oreiller.- Douceur.- Roux.- Parfum.- Chatouillent.- Main.- Chaleur.- Cou.
 Cadre. T-shirt.

À lundi j’espère.

Cette fois, ils sont venus au musée s’abriter de la chaleur de cet été caniculaire et Antoine regrette de n’avoir pas porté un T-shirt plutôt que cette chemise. Il a du mal à supporter la tête de Jeanne sur son cou et garde ostensiblement les mains dans ses poches, mais elle semble fascinée par le cadre accroché sous leurs yeux.

Avec une audace qui a dû choquer plus d’un visiteur coincé de son époque, Toulouse-Lautrec a peint un couple d’amants qui s’étreint sur l’oreiller et échange un baiser…

Des fourmillements ne tardent pas et chatouillent les reins d'Antoine… La douceur du parfum de Jeanne le bouleverse soudain et il l’entraîne aussi vite qu’il le peut hors du musée et de son revêtement de sol trop roux dont la vue le révulse…

Toulouse-Lautrec savait aussi stimuler la libido des piliers de musées.

§

Je n’étais pas sûre de finir ce devoir de vacances, même si le thème me plaîsait bien… Plus de 7.000 km dans le corps (pas dans les jambes, fort heureusement), une belle rencontre à l’aéroport que je vous raconterai plus tard et les retrouvailles familiales à la Maison bleue… le lagon au bout du jardin, dont, d’où vous êtes, vous entendez peut-être le bruit des vagues qui se fracassent sur la barrière de corail… Tout m’invite à la paresse et notre Goût me pardonnera je suis sûre de la platitude de ce texte. Il faut de l’indulgence pour les vieilles dames qui tiennent à jouer leur rôle auprès des arrière-petits-fils, et qui se laissent dorloter par les aînés. Je réalise à quel point j’ai de la chance de vivre ces moments exceptionnels qu’à chaque fois je pense être les derniers…

A nous revoir à la rentrée ?

Bonnes vacances à tous…