La fontaine des Mers

1298974410

Pivoine m’a suggéré cette image.
Elle l’a aimée.
Je vous la soumets.
Comme nombre d’entre nous, elle aime les aquarelles de John Salminen.
J’espère qu’après avoir suggéré celle-ci, elle se donnera la peine de nous soumettre à son tour le fruit de ses pensées.
Je vous ai quelquefois parlé de cette fontaine.
Elle a retenu l’attention de John Salminen, de Pivoine et de votre serviteur qui a déjà tartiné sur le sujet.
Mais à vous, que dit-elle ?
Quels souvenirs vous rappelle-t-elle ?
Racontez à votre tour vos pérégrinations dans le dédale de votre mémoires.

Jeanne était rentrée chez elle apaisée, parce que Clotilde sa mère avait botté en touche, et que son absence avait confirmé ce qu’elle pressentait, ou plutôt savait depuis plusieurs mois. La quête de ses origines l’avait alors obsédée et elle avait pris une folle décision : faire parler Céleste !

Pour rien au monde, elle n’aurait voulu causer la moindre peine à celui qu’elle appelait ‘’papa’’… celui qui l’avait choyée depuis toujours.  Mais il y avait encore Céleste, sa nounou… Elle n’avait plus de contact avec elle que deux ou trois fois chaque année : à son anniversaire et au Nouvel An, où elle rendait visite à la vieille dame dans sa modeste banlieue. Cette fois, elle avait téléphoné pour lui proposer qu’elles passent ensemble une journée entière, et Céleste avait dit oui avec tant de chaleur !

Elles marchent lentement, Céleste s’appuyant sur le bras de Jeanne. Elles onnt déjeuné dans un restaurant réputé où Jeanne a habilement axé la conversation vers le sens qu’elle souhaite, prêchant le vrai et le faux, affirmant sa filiation avec naturel… Céleste n’a pas semblé surprise que Jeanne sache enfin une vérité qu’elle connaît, elle, depuis toujours. Car avant d’être la nounou de Jeanne, Céleste a été celle de Clotilde à laquelle elle est farouchement attachée. Elle avait vite su que le beau quinquagénaire qui rendait visite à la jeune Clotilde au prétexte de lui donner des leçons d’aquarelle lui enseignait aussi l’amour de la vie. Quand le scandale avait éclaté dans la famille, quelqu’un avait bien suggéré l’IVG aux malheureux parents, mais leurs convictions les en avaient empêchés. L’artiste américain était marié et il était hors de question que leur fille épousât un étranger divorcé, d’autant plus que l’aquarelliste n’approchait pas et ne donnait plus de ses nouvelles.

On avait marié la fautive sans attendre à un homme exceptionnel qui avait accepté l’enfant et l’avait aimée dès le jour où elle était née.

L’âge de la retraite venu, Céleste avait quitté la famille pour se retirer dans une petite maison qui avait été achetée pour elle. 

§

Elles sont maintenant arrivées sur la place de la Concorde, devant la fontaine des Fleuves ; puis elles ont encore marché un peu en se serrant très fort jusqu’à la Fontaine des Mers où Céleste a pris un taxi pour rentrer chez elle où Jeanne a promis de la voir plus souvent. Elle a compris que le temps est compté et désormais, elle lui offrira une journée d’escapade chaque mois…

§

Bien entendu, toute ressemblance avec des personnages connus ne peut être que fortuite !