Le rendez-vous à la Rotonde

Le rendez-vous à la Rotonde

23ème devoir de Lakevio du Goût

Hopper me rappelle chaque fois quelque chose de nouveau, me raconte une nouvelle histoire, un angle de vision que je ne soupçonnais pas.
Et vous ?
Que vous dit cette toile ?
Que fait la cette jeune fille ?
Qu’attend-elle ?
Dites le lundi…

 

C’était mon premier séjour à Paris, et je découvrais la capitale en me promenant seule dans la journée. Je logeais chez une parente qui travaillait et ne pouvait m’accompagner que le soir et les samedis et dimanches.

J’étais fascinée par tout ce que je voyais, et mes vingt ans trop sages me maintenaient dans les rails d’un chemin exempt de frivolité. Ainsi, j’avais dès le premier jour, visité le musée des Arts et Métiers où je tenais absolument à voir… le fardier de Cugnot ! Pour tout dire, je n’étais pas une marrante…

Un bel après-midi, je flânais sur les quais de la Seine, regardant avec surprise une jeune femme qui plongeait une sorte d’épuisette le long du quai et la remontait verticalement en raclant la paroi, avec à chaque fois, une écrevisse brune qu’elle posait avec d’autres dans un panier déjà bien garni. En ces temps-là, l’eau de la Seine était assez claire pour que l’on puisse voir les écrevisses accrochées aux parois des quais de pierre.

Un homme s’était accoudé près de moi et entama une conversation au sujet de la scène que je regardais depuis un long moment. Je ne réagis à ses propos que lorsqu’il me posa la question

-         Je suis sûr de vous avoir déjà rencontrée…

-         Je ne crois pas, non, je ne suis pas d’ici

-         Mais si… vous posez à l’Académie de la Grande Chaumière. Je me trompe ?

A ma grande surprise, je n’envoyais pas cet homme sur les roses. L’Académie dont il parlait avait une si bonne réputation qu’elle était venue jusqu’à la provinciale que j’étais et j’avais confiance.

Je regardais mon interlocuteur avec curiosité mais sans aucun à-priori : il émanait de lui une gentillesse et une courtoisie indéniables. Ma suspicion habituelle tomba et nous avons continué de converser en marchant le long de la Seine.

J’appris ainsi que, peintre et Américain, il était de passage en France et cherchait des sujets à peindre. Paris l’avait séduit et il ne pousserait sans doute pas ses explorations au-delà.

Il m’avoua alors avec simplicité que d’évoquer l’Académie de la Grande Chaumière avait été un prétexte fallacieux pour m’aborder, mais ma silhouette épanouie lui avait immédiatement fait penser que je pourrais être le modèle qu’il souhaitait peindre pendant les quelques semaines de son séjour à Paris…

N’étant pas majeure, il fallait l’autorisation de mes parents auxquels je devais écrire et attendre leur accord… si toutefois ils acceptaient.

 

§

 

Et voilà pourquoi je me trouve aujourd’hui à la Rotonde où je suis arrivée très en avance, attendant Mr Hopper et son chaleureux sourire.

J’ai une absolue confiance en cet homme qui m’a parlé en termes émus et si chaleureux de son épouse et de ses trois enfants restés à New York.