Cette toile de Claude Guilleminet, avec son bœuf et son âne gris, me rappelle quelque chose, mais quoi ?
Je trouverai bien quelque chose à vous en dire.
Je suis sûr qu’à vous aussi elle va inspirer une belle histoire.
Alors lectrices et rares lecteurs mais chéris aussi, je compte bien vous lire lundi…

 L'âne et le boeuf

L'âne et le boeuf s’impatientent en l’étable reconstituée dans le coin du transept de l’église…

 Depuis l’aube le coq juché (non plus sur le tas de fumier comme dans les histoires d’autrefois, mais sur le capot de la vieille Deudeuche de Monsieur le Curé) a guetté la route déserte où pas même la camionnette du boulanger n’est apparue.

 Que se passe-t-il ? La chose est inexplicable. C’est la première fois que Marie et Joseph sont en retard pour figurer dans la crèche vivante du village de Sainte-Marie-sur-l’Ellé, si célèbre maintenant que l’on vient de partout la visiter.

 C’est Médor, le chien-loup du notaire, qui a donné l’explication que personne n’attendait : les Gilets Jaunes ont bloqué tous les ronds-points alentour. Marie et Joseph attendent fébrilement qu’on les laisse passer, car la naissance pourrait être prématurée et l’enfant arriver avant Noël, ce qui aurait de quoi bouleverser les traditions, non ?