Le lion

Le lion

Toile de Joshua Miels 

"Il est des hommes, lorsqu'on les aborde, avec lesquels les approches, les temps morts qu'exigent les règles de politesse, n'ont pas de sens, parce que ces hommes vivent en dehors de toute convention dans leur propre univers et qu'ils vous attirent aussitôt."

extrait de  Le Lion de Jodeph Kessel

Admiration, fascination, amour, amitié... Vous inclurez la phrase citée dans le portrait de votre choix.

 A la Galerie, lundi !

- Jeaaaaaaan ! Où es-tu encore ?

Mady parcourut des yeux l’immense jardin qu’avait créé son arrière-grand-père Victor au début de l’autre siècle dans une ancienne carrière de ciment que ses ancêtres avaient exploitée pendant des siècles. La maison familiale avait été bâtie tout en haut de la carrière, d’où le panorama du jardin était incomparable. Mady était toujours émue de reconnaître parfois sur des catalogues de Valmarin ou de Trauffut des photos du jardin de Victor, le patriarche qu’elle n’avait pas connu… Des coins ombragés réservaient leurs fauteuils de fonte peinte en blanc aux amateurs de lecture et aux joueurs de Scrabble ou de Monopoly… enfin… ceux qui, à cette heure  ne faisaient pas la sieste !

- Avez-vous vu Jean ? J’ai absolument besoin de lui pour qu’il m’aide à terminer mon devoir pour demain… Cette peste de prof m’a dans son collimateur et elle ne me fera pas de cadeau si je ne rends pas quelque chose de correct.

- Je l’ai vu passer avec une serviette de bain rejoindre son copain Léo qui voulait se rafraîchir au bassin…

- Quelle bonne idée ! Je reviens avec mon maillot…

Mady a bondi vers le bassin avec sa serviette autour du cou et le livre de Kessel sous le bras. Ses pieds nus ne font aucun bruit… et elle se fige en dévalant la volée de marches de pierres qui mènent au bassin. Le ciel vient de lui tomber sur la tête : Jean, son grand frère Jean, son préféré, enlace Léo, son ami, dont elle, Mady est follement amoureuse ! Elle avait flashé au premier regard sur ce bel homme aux yeux clairs… et elle aurait juré qu’il n’avait pas été insensible à son charme juvénile d’adolescente… Jean et Léo… Mady était anéantie, elle qui avait tellement rêvé de conjuguer Léo m’aime à tous les temps !

Elle détesta soudain Kessel, qui, à tout jamais, resterait lié à la découverte qu’elle avait reçue en pleine face… Elle qui était juste venue pour que Jean l’aide à comprendre afin de disserter sur une phrase tirée du livre Le Lion : "Il est des hommes, lorsqu'on les aborde, avec lesquels les approches, les temps morts qu'exigent les règles de politesse, n'ont pas de sens, parce que ces hommes vivent en dehors de toute convention dans leur propre univers et qu'ils vous attirent aussitôt.