Lakévio attendra son devoir qui ne sera posté que mardi.

La Bourlingueuse, comme sa famille, est dans la peine. Samedi, nous avons accompagné Ugo pour son dernier voyage.

Cet athlète de petit gabarit avait une volonté de fer et un humour dévastateur. Depuis trois ans, il avait orienté sa vie autrement et s'était impliqué auprès d'une population autochtone défavorisée de l'Amérique du Sud. Puis la maladie l'a contraint à rentrer en France se soigner et courageusement lutter avant de perdre son combat

Ses cendres seront dispersées en Equateur, où il coachait une équipe d'athlétisme d'origine indienne qu'il aurait aimé mener jusqu'aux Jeux Olympiques.

Un sacré bonhomme notre Ugo !