Ce n'est pas ce que vous croyez !

Ce n'est pas ce que vous croyez

Quelle mouche m’avait donc piquée pour sortir mon Canichou en ce dimanche pluvieux ? Le chien tirait sur sa laisse et je décidai de rentrer quand le taxi jaune avait stoppé à ma hauteur. Un couple rieur s’apprêtait à y monter… et immédiatement, je reconnus sans erreur possible mon cousin George William. J’avais bien entendu de vagues rumeurs dans la famille le concernant, mais je n’avais pu en savoir plus et la chose m’était sortie de la tête. L’oncle Herbert semblait parfois parler de George William avec réticence et ce dernier apparaissait de moins en moins dans nos réunions familiales. Il faisait du théâtre à l’Actor’s Studio disait-on…

Et il était là, sous mes yeux… S’il m’avait vue, il avait fait semblant de rien et riait aux éclats ! Il portait avec élégance ce tailleur bleu glacier qui convenait parfaitement à sa silhouette gracile. Sa démarche aisée sur ses hauts talons révélait une longue pratique, tout comme le geste instinctif qu’il avait eu pour retenir son bibi dérangé par le vent…

C’était donc cela le secret si soigneusement gardé par la famille ?

§

 J’avais repris contact avec ce jeune cousin que j’aimais beaucoup et que notre famille avait fini par rejeter avec des mots terribles.

Et, bien des années plus tard, j’étais à ses côtés lorsqu’il avait décidé de devenir ce qu’il se sentait être vraiment depuis toujours : une femme !

Eperdu(e) de reconnaissance, il (elle) avait décidé de se prénommer désormais Christine en l’honneur du chirurgien qui lui avait permis de se réaliser :

Christian Hamburger, le premier chirurgien au monde à avoir pratiqué une vaginoplastie.