5.07 h mon portable sonne : qui peut appeler à cette heure ? Le temps que je sorte vraiment du sommeil, la sonnerie a cessé et je n’arrive pas à savoir qui est le correspondant. C’est Annie, donc, à priori, rien de grave. Elle a simplement oublié que je suis en Gwad’loup’ et me proposait sa visite au retour d’Hossegor. Pas question de me lever si tôt, même pour peaufiner le devoir sans « o » de Lakévio. Je n’ai pas voulu lire les autres blogueurs avant d’éditer mon texte…  

Marguerite Duras ? Plus tard…

Je me suis rendormie jusqu’à 9 heures passées, après un rêve extravagant qui s’est effacé aussitôt. Dernière au petit-déjeuner, je suis surprise de les voir tous là : ils avaient le projet de faire de la planche à voile à l’UCPA.

HB m’apprend la mort subite de Mab. Même si je ne la connaissais que virtuellement, nos échanges me manqueront.

Quel plaisir de lire les lettres imaginées sur les blogs amis : la majorité a planché sur le thème « règlements de comptes à OK Corral » et visiblement, plusieurs se sont inspiré(e)s de faits réels…

J’ai préféré rester seule à la maison : écrire me démange… mais je ne suis pas Marguerite Duras ! Je veux poursuivre la rédaction de ce carnet de voyages et je suis en retard. La Familia Sagrada (notre nom de code) va à St François faire de la planche à voile. Hélène n’est quasiment plus montée sur une planche depuis le jour où elle aurait dû y laisser sa vie, sans l’intervention d’Anne, son amie médecin, présente sur le spot, qui a fait le bon diagnostic appelé les secours avant de l'emmener dans son cabinet pour lui donner les premiers soins…  

Antoine a pris l’avion pour Miami et restera absent trois jours, pendant lesquels Armel sera parmi nous puisqu’il atterrit demain dans l’après-midi. La fratrie ne sera complète qu’au retour d’Antoine.

Le wok et la chef de cuisine nous ont mijoté du chinois au dîner : un chop suey dont Matthieu refuse absolument les légumes. Il tient à la main un petit pois et son visage reflète toute la misère du monde…et pourtant, il n’a pas encore tout vu ! Du nuoc mam et de l’huile d’olive pour allonger la sauce et parfumer le riz sont suffisants pour satisfaire les gourmets.

J’ai passé la journée assise et cela contrarie Hélène qui aimerait me voir marcher, mais je suis accrochée à mon clavier. Serais-je devenue addict ?