28 mai 2018

Lakévio nous a joué un bien mauvais tour en exigeant de nous ses "fans" une treizaine de vers en "ose"... Et puis quoi encore ? Elle va bien être punie en lisant ce qui suit... mais c'est elle qui l'a voulu ! Bien fait ! La poésie de la névrose   Ce que Lakévio nous propose Ou plutôt ce qu’elle nous impose Pourrait nous conduire en symbiose A exiger d’elle une pause (pose ?)   Lutter pour éviter l’hypnose Refuser la métamorphose Qui peut modifier quelque chose Ou bien conduire à l’ankylose   Cette... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

21 mai 2018

Le drap ou l'étoffe

Le drap ou l'étoffe Il est six heures du soir, l'été.  Exercice où il s'agit d'étoffer votre texte autour de la phrase tirée du premier roman de Jean Giono - Colline - 1929. Pourquoi cette toile me ramène-t-elle tant d’années en arrière ? Nous sommes en 1964, il est six heures du soir, l’été est torride et c’est la première fois que nous visitons l’Italie. La confortable DS19 nous a fait traverser la France en douceur, et nos trois enfants sont censés se relayer sur le siège arrière, chacun faisant 100 km à la place du... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
14 mai 2018

Roue libre

Roue libre  Juillet 1936 Les accords de Grenelle tout juste signés, Raymond avait déclaré à Jeannette, sa jeune épouse : Et si nous allions passer nos congés sur la Côte d’Azur ? J’en rêve depuis que j’ai vu ce film de Jean Vigo qui se passe à Nice… En deux semaines, on peut en voir des choses ! Qu’en dis-tu ? Et comment irons-nous ? En train ? C’est cher, même avec les billets « congés payés »… Et l’hôtel ? Tu y penses ? C’est du luxe, ça, c’est pas pour nous les ouvriers… ... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
09 mai 2018

Une journée exceptionnelle 3

Il faut refermer le livre des souvenirs d'une journée exceptionnelle, non ? Est-ce soir là, ou le lendemain qu’il y eut la retraite aux flambeaux ? Je nous revois parmi la foule, Louisette, Aline et moi, dans la rue de Strasbourg, suivant ceux qui avaient des lampions. D’où les avait-on sortis, ceux-là ? « Sûrement de chez Peignon », déclara Louisette… C’est là que j’entendis ce nom pour la première fois, ignorant jusqu’alors que Joseph Peignon était un des piliers des Mi-Carêmes nantaises de l’avant-guerre, et... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 12:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
08 mai 2018

Une journée exceptionnelle 2

Suite de mes souvenirs d'une journée exceptionnelle Tout le groupe descendit pédibus vers le centre en chantant, car les conducteurs de tramways célébraient eux aussi l’actualité, mais nous avions l’habitude de marcher… et nos pieds avaient des ailes ce jour-là ! Le coiffeur dont la boutique était au bout du boulevard de la Solidarité, mais sur l’autre boulevard, celui de la Fraternité, était juché sur une échelle, occupé à « tricoloriser » son magasin. C’est ainsi que, des années durant, les trois lettres C-o-i... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 13:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
08 mai 2018

Une journée exceptionnelle : le 8 mai 1945

De moins en moins d'entre nous peuvent témoigner d'avoir vécu cette journée exceptionnelle que fut le 8 mai 1945... Alors, si le coeur vous en dit, suivez moi et lisez ce qu'une fillette qui 'avait pas encore  13 ans a gardé en mémoire. En classe, notre institutrice Mademoiselle Charriau continuait de nous faire suivre sur la carte d’Europe l’avance des Armées Alliées, et nous avions bien compris que, pour les Nazis, les carottes étaient cuites. Celles d’entre nous qui avaient leurs pères prisonniers en Allemagne redoutaient les... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 00:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
07 mai 2018

Le chemin qui longe la mer

Le chemin qui longe la mer Vous l'avez compris : thème imposé : la mer ! J’ai sifflé mes chiens qui guettent, impatients le moment privilégié où nous allons tous les trois, ainsi que chaque jour, faire une balade matinale le long de ce chemin que certains nomment encore « sentier douanier ». L’air vif me fouette le visage et je me remplis les yeux du spectacle de l’Atlantique qui s’est revêtu du gris-bleu pâle que je préfère… Nous sommes ici en Bretagne et notre océan n’a pas les audaces de la Méditerranée qui aime à... [Lire la suite]
Posté par bourlingueuse à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]