Le télégramme

 Le Télégramme

La nouvelle s’étale en gros titres à la une des journaux du pays et la consternation est immense. Pensez… le fabuleux Titanic, qu’on disait insubmersible, le fleuron des chantiers navals de Belfast, a coulé lors de sa croisière inaugurale ! Qui peut croire à une telle chose ?

Bien sûr, la fine fleur de la gentry britannique et des Américains fortunés faisaient partie des passagers, mais pas seulement eux. L’équipage sous les ordres  du prestigieux commandant Smith était anglais, tout comme le personnel de service, mais il y avait aussi des ouvriers irlandais choisis par les chantiers qui faisaient partie du voyage afin de réparer tout incident qui pourrait survenir aux machines durant cette traversée. Les journaux parlent beaucoup moins des passagers de la troisième classe, non qu’ils aient moins d’importance, mais il y a tant de beau monde qui intéressent les lecteurs !

Margaret aurait dû être à bord. A Southampton, au moment d’embarquer elle avait pris peur de son engagement pris trop vite ; elle avait renoncé et sans avoir réfléchi, donné son billet à quelqu’un dans la foule qui se pressait sur le quai…

Elle était revenue à Londres où son frère Jack, qui avait désapprouvé son exil à New York, n’en crut pas ses yeux de la revoir…

C’est que Margaret allait rejoindre Outre-Atlantique Henry auquel, plusieurs années auparavant, elle avait donné sa parole, fascinée par l’audace de ce garçon qui voulait faire fortune avant de l’épouser. Le temps avait passé, et ses sentiments s’étaient usés : en fait, elle réalisait que son jeune âge avait bercé des illusions qu’elle avait perdues au fil des ans, et que l’Angleterre était l’endroit où elle se sentait le mieux.

Les voici au post-office où elle a tenu à se rendre. Elle ne veut pas laisser croire à Henry qu’elle a péri dans le naufrage, et même si Jack réprouve son idée, elle va lui envoyer un télégramme pour lui annoncer la rupture.

En souffrira-t-il moins que de la savoir morte ?

Dieu seul le sait…

L'inspiration n'était pas au rendez-vous ce week-end !