Des Bretons en vadrouille à Frisco

Jeudi 17 Aout

Dernier jour de ce séjour dans la maison jaune d’Airbnb

Nous la quittons pleins de confiance pour retourner chez KIKI récupérer le téléphone dont JY s’est souvenu l’avoir entendu tomber quand nous étions à table. Mais au restaurant, personne ne semble au courant de l’affaire. Il faut attendre que tout le monde soit là… Bref nul ne semble savoir qu’un I-phone a été perdu et qu’il a forcément été découvert par un membre du personnel qui a balayé, puisque nous étions les derniers clients, le restaurant fermant à 9 h. L’appareil est toujours géo-localisé dans le périmètre immédiat, mais comment savoir quelle est la porte derrière laquelle il se planque ? JY reste confiant, préférant croire à la bonne foi de celui ou celle qui l’a ramassé dans une bonne intention… La carte Sim fonctionne toujours et n’a donc pas été retirée de l’appareil, mais personne ne décroche quand il appelle. Il reste 21 % de batterie.

JY décide de clore le sujet et d’aller voir de près la vedette incontestée de la ville, à savoir le fameux Golden Gate Bridge, ce pont suspendu qui depuis 1937, permet d’enjamber l’entrée de l’immense baie de San Francisco. Auparavant, il fallait faire le tour de celle-ci pour passer de l’autre côté. Ce fut une performance, car il fallait que le pont résiste (résistât ?) aux séismes. L’approche se fait progressivement et plusieurs stations-photos nous permettent d’apprécier l’élégance et le gigantisme de sa silhouette rouge orangé, tandis qu’Illinca s’élance sur la plage un morceau de bois à la main qu’elle lance avec force au loin dans la baie.

DSC02624

DSC02713

Des maquettes expliquent comment chaque caisson est indépendant et pourtant solidaire de ses voisins… Chaque câble est formé de 27.592 filins torsadés et a près d’un mètre de diamètre. Il fut construit en un an, et inauguré le 27 mai 1937.

DSCN3740

Il manquait une chose à mon expérience : j’ignorais que l’on peut marcher sur le pont. Je m’y suis aventurée seule, me donnant comme but de ma promenade l’endroit qui offre le meilleur angle de vision… et j’ai alors demandé à deux jeunes qui arrivaient s’ils voulaient bien immortaliser mon exploit. Après quelques échanges in english, l’un d’eux me demande si je parle français…

DSCN3743

« Ben oui, et nettement mieux que l’anglais ! »

D’où viennent-ils ?

« De France » répond le second

« Ca, je m’en doutais, mais d’où en France ? »

« De Bretagne, nous sommes Bretons »

« Moi aussi »

« Nous sommes de Lorient » 

« Et moi du Faouët » (à moins de 20 km !)

Le monde est petit… l’adage est confirmé !

 DSCN3745

La traversée du Golden Gate (la Porte Dorée) filmée ne rend pas vraiment la sensation que l’on a en live. Le Muir Wood Park était initialement au programme, mais puisque nous passerons deux jours à Humboltd Redwood Park, notre chef d’expédition pense qu’on peut faire l’impasse, cela d’autant plus que je le connais aussi déjà.

JY est content : il a trouvé l’endroit idéal où voir l’éclipse juste au beau milieu du path d’obscurité. Madras en Oregon, initialement notre but, s’est révélé être au-dessus de nos moyens à plusieurs points de vue : un petit malin a loué le stade communal et propose aux amateurs d’y camper pour 100$ par personne ! De plus, il semble que ce soit le lieu où d’innombrables visiteurs y feront la fête pendant cinq jours, organisée par la municipalité. Trop c’est trop, et Jonh Day lui semble le coin où nous pourrons nous installer au cemetery (cimetière) pour le spectacle de l’éclipse, sans toutefois trop déranger les locataires déjà installés sous cinq pieds de terre...

Illinca ne s’ennuie jamais : elle ne s’intéresse pas au paysage, mais dessine, consulte sa tablette où elle aime à revoir les milliers de photos de famille ou celles de ses précédents voyages. De plus, son téléphone contient assez de musique pour occuper son temps… Je ne pourrai plus jamais entendre Andrea Bocelli sans revivre ce voyage sur les roads américaines.

DSCN3782

La route est longue jusqu’à Willytz où nous accueille le Best Western et le temple de la mal-bouffe (Axel dixit) en face, qui ne propose que des sandwiches mais aussi des salades aux fruits, ce qui sera mon choix, tandis qu’Illinca a préféré des frites avec son sandwich.

Le jeune serveur rêve lui aussi de venir en Europe… comme les nôtres rêvent de l’Amérique… normal !

La chambre est équipée de deux lits queen-size, d’un seul lavabo, et la salle de bain exigüe abrite la baignoire et les toilettes. Un peu juste pour quatre, mais on s’arrange.