Cette semaine, j'ai fait l'impasse sur les carottes et le jeu des Papous proposés par Lakévio : mon week-end a été très occupé et j'ai été surbookée ! Alors... je vous priopose de retourner faire un tour à San Francisco !

La cantine de Kiki et le téléphone...

Mercredi 16 août

Réveil avant 8 h et JY téléphone à l’opérateur pour régler le problème de ma carte Sim qui ne fonctionne pas.

Longue attente et concerto de piano. Enfin une voix masculine prend les choses en main… et cela semble ardu… mais tout devrait être OK  dans les deux minutes après avoir raccroché ! Attendons avec confiance une solution qui tarde à venir… et qui ne viendra pas. Mais les 25% du Breton qu’est JY le font têtu comme peut l’être un Breizhoneg 100 % beurre salé : il rappelle. Le concerto de piano se poursuit  mais cette fois, c’est une femme qui est au bout du fil et qui arrange les choses en deux coups de cuiller à pot !

You are an angel ! (vous êtes un ange !) conclut JY et tout finit dans un éclat de rire… Sans lui, j’aurais eu le plus grand mal à m’en sortir, mais il parle couramment et comprend tout ce qu’on lui dit, quel que soit l’accent de l’interlocuteur. Thanks !

Youpiiiiii ! Je vais pouvoir  lire les whatsapp familiaux, et pouvoir téléphoner en cas d’urgence…

Reste Western Union qui détient les 600 $US que m’ont envoyés Hélène et Bernard. La poste est à quelques pas, mais nous n’y prendrons que des timbres, car Western Union est chez Safeway, le supermarket plus loin. Les tractations sont longues, compliquées (sécurité oblige) mais me voilà riche… enfin… presque !

DSC02387

La California Academy of Sciences est un gigantesque bâtiment moderne à proximité du Golden Gate Park et la file d’attente est déjà imposante : c’est l’heure où arrivent les familles. Le programme d’hier prévoyait que nous y serions dès 9 h mais la carte Sim et Western Union nous ont pris plus de deux heures…

Une jeune femme miniature scanne nos tickets ; pas vraiment lilliputienne mais c’est un très petit modèle. Le vaste hall est dominé par l’énorme squelette d’un dinosaure (ou son cousin germain). En le voyant, on ne peut s’empêcher de penser qu’il est le lointain ancêtre de nos oiseaux tant la silhouette est similaire ; mais à une échelle XXXL !

DSCN3705

Sous la coupole, une grosse bulle de verre renferme la reconstitution de la rain forest, la forêt tropicale où la température est chaude et humide. Là vivent en bonne harmonie plantes et aras multicolores, mais les papillons semblent les vedettes du lieu. Les plus nombreux sont bleus et lorsque l’un d’eux s’est posé sur mon bras, il a replié ses ailes, ne laissant apparaître que leur envers brun chamarré. Pas facile de faire de photo, ils volètent sans arrêt et les friandises exposées à leur gourmandise ne les attirent visiblement pas. Quand c’est pas l’heure, c’est pas l’heure… dit la sagesse populaire.

DSC02418DSC02413

 

 

 

 

 

 

Il est temps de descendre voir le film Earthquake qui selon la brochure, vous fait vivre un séisme comme si vous y étiez. Les fauteuils sont très inclinés en arrière et un vaste écran s’arrondit au-dessus du spectateur. Bien sûr, San Francisco va s’écrouler dans un terrible fracas,  il y aura XXX.XXX morts et l’incendie ne s’éteindra que plusieurs jours après. Comme chez Disney, je m’attendais à sentir trembler mon fauteuil, mais il ne s’est rien passé… Le documentaire qui suit explique comment se sont formés les continents, comment les failles tectoniques sont-elles responsables des tremblements de terre ? Leur phénomène se produit de nos jours en des endroits où ils ne s’étaient jamais produits auparavant, tels le Dakota du Sud où les forages du sous-sol l’ont déstabilisé.

Juste le temps de sortir de la salle pour y entrer à nouveau afin de voir un film sur l’espace. Bien qu’il soit passionnant, je lutte contre le sommeil… Ma nuit a été courte et nous avons beaucoup marché hier… Je ne suis pas la seule a avoir sombré dans les bras de Morphée !

L’aquarium est un lieu magique et même si nous avons vu la même chose ou presque à Monterey, le spectacle est fascinant. Dans le plus grand bassin, deux femmes-grenouilles nettoient la paroi, tout en dialoguant avec une animatrice, et parlent aux enfants assis en tailleur juste devant la paroi. Puis vient le moment du nourrissage, et c’est la ruée générale où c’est « chacun pour soi ». Un tunnel sous lequel se trouvent deux bancs me permet de voir évoluer des centaines de poissons du plus gros au plus petit. Illinca n’a pas manqué une seule fenêtre et a beaucoup photographié avec son téléphone, ce qui ne l’empêche pas en même temps d’envoyer des messages chaleureux à toute la famille. Vive Whatsapp !

DSC02470

DSCN3708

J’avoue que j’ai ma dose de fatigue pour aujourd’hui et une petite pause à la maison devrait me remettre en forme tandis que les jeunots iront downtown faire du shopping.

Illinca est restée avec moi mais elle n’a pas dormi. Quant à moi, un petit somme m’a ragaillardie, mais rafraîchie… et je dois enfiler une petite laine avant de me soumettre à mon devoir quotidien : mettre en pages ma copie du carnet de voyage. Le chauffage de la maison fonctionne et dispense une agréable tiédeur : nous sommes à San Francisco au mois d’août… que diantre ! 

Lili et JY rentrent fourbus de leur tournée, et ils se sont même retrouvés dans un quartier plus que craignos, dont les malheureux habitants ne semblaient pas encore descendus de leur planète, où l’herbe est, sinon plus verte, sûrement plus euphorisante et qui n’avaient visiblement pas fini de planer.

Où aller dîner ? J’ai hélas ! suggéré « japonais » et après consultation d’un guide, le choix se porte « Chez Kiki ». Deux restaurants japonais se jouxtent, et dans le premier, une file d’attente de cinq à six personnes nous décourage et nous faisons 15 mètres de plus pour aller voir Kiki… où il y a de la place. Nous aurions dû nous méfier…même si les amateurs du guide consulté l’ont jugé 4/5, c’est très (beaucoup trop) largement estimé. Pour ne blesser personne, on va dire que la cantine est passable, mais tout juste…Nous sortons parmi les derniers.

En face, il y a une ice-cream boutique où, est-il inscrit tout est homemade (fait maison), et les ingrédients viennent directement de leur ferme. Ca ne désemplit pas : les glaces y sont délicieuses. Mon choix : vanille et kiwi. Illinca a préféré le chocolat, tandis que JY s’est laissé tenter par la vanille et banane au caramel. Liliana avait déjà eu la sienne chez Kiki, qu’elle croyait au thé vert, mais qui avait plutôt goût de pistache.

DSCN3716

C’est sur le chemin du retour que JY s’est aperçu qu’il n’avait plus son téléphone. La géo-localisation qu’il consulte sur l’I-phone de Lili lui confirme que le sien est resté chez Kiki, mais le restaurant est déjà fermé depuis 9 h. Nous le récupérerons demain…

Nos Whatsappers de Barcelone nous apprennent qu’un attentat a eu lieu : une camionnette a foncé dans la foule sur la rambla, et à l’heure où Antoine écrit, des otages sont encore retenus dans un restaurant. Y a-t-il des victimes ? Nous ne le saurons que plus tard.