Lundi

Réveil difficile : mon mal de dos s’est réveillé et je ne suis pas vraiment bloquée, du moins chaque pas m’est devenu pénible et je ne peux me redresser. Lili masse doucement la zone douloureuse, et nous allons visiter l’aquarium de Monterey. En sortant de Bide e Wee une biche, puis deux, puis d’autres et d’autres encore suivies du chef de la harde, un chevreuil mâle aux bois élégants…

DSC01546

Une chaise roulante que poussera JY me permettra de tenir le coup. Je me sens très malheureuse d’être une charge pour eux et m’inquiète pour les jours à venir.

DSC01555

Dehors en bordure de mer, une saynette en live explique la raréfaction du poisson par la surpêche inconsidérée à partir de la première et surtout de la seconde guerre mondiale. Les pêcheurs chinois qui étaient interdits de pêche par les Blancs devaient sortir la nuit pour pêcher en fraude.

C’est toujours un bonheur de se remplir les yeux du spectacle des fonds marins et Illinca s’attarde devant chaque « fenêtre » pour prendre des photos. Le personnel est là pour donner au visiteur toutes les explications que celui-ci sollicite et sait employer des mots simples pour se mettre à la portée de tous.

DSC01591

Il me revient en mémoire une remarque faite à haute voix par ma maman au cours d’une conférence où le film montrait les premières images en couleurs de la vie sous-marine faites par l’inventeur de la camera étanche dont je n’ai pas oublié le nom : Dimitri Rebikoff. En ce début des années 1950, le poisson de nos marchés avait dû faire un long parcours dans des conditions difficiles avant d’être vendu et son œil éteint trahissait trop souvent les jours passés hors de l’eau… Maman, donc, s’était écriée à haute voix « Ah ! ça au moins, c’est du poisson frais ! »… ce qui avait fait éclater de rire le conférencier !

Ayant fait le plein de coquillages, d'algues ondulantes, d'élégantes mais terrifiantes méduses et… de poisson frais, il est temps de gagner Frisco.

P1110534

Dans ma jeunesse, j’entendais de vieux marins de la Royale parler de Frisco sans savoir qu’ils évoquaient San Francisco, que par ailleurs j’avais appris à situer sur une carte de géographie à mon école primaire de la Mut’…

Plutôt que la highway, JY propose la route côtière, et nous suivons des yeux l’étrange nuage qui, comme hier et chaque jour, se forme par condensation avant de recouvrir la baie de San Francisco en début de soirée.

P1110541

Arrivé à la petite maison jaune qui nous abritera 3 nuits, JY est déçu : il s’attendait à mieux, beaucoup mieux ! Pour moi qui y débarque sans avoir vu la présentation sur le Web, je la trouve très à mon goût malgré le jaune un peu agressif de la façade.

DSCN3621

A la droite du garage, une porte s’ouvre sur un couloir qui mène tout au fond à la partie de la maison que nous allons occuper : un vaste séjour-cuisine qui s’ouvre sur le jardin, puis deux chambres et salle de bain. L’hôtesse ne parle qu’anglais et russe, mais cela est suffisant pour se comprendre…

P1110548

JY et Lili me prêtent 400 $ afin de couvrir mes petits frais et nous constituer une cagnotte pour l’essence, les entrées de musée, etc…

Nous allons dîner à deux pas dans un resto chinois végétarien où Illinca avale le message traditionnel avec le gâteau !  Mon mal de dos s’est apaisé et je peux marcher un peu sans trop de douleurs.