Histoire de pébroque

ou

La pluie

Dames, en noir

 

Il pleut, il mouille, c’est la fête à la grenouille. Les Nantais aiment la pluie, c’est bien connu… et les Nantaises encore plus ! Pourquoi ? c’est un mystère.

Dès qu’un nuage gris pointe à l’Ouest, les Nantaises sont dehors, tous parapluies ouverts, chapeaux sortis des cartons, bottines cirées, accompagnées ou non de leur compagnon qui lui, arbore le suroît, le caban ou le k-way pour les plus conservateurs. Les escargots laissent pointer les yeux au bout de leurs antennes, les enfants sautent dans les caniveaux, les chiens s’ébrouent joyeusement. Quand les commerçants de France et de Navarre se désolent qu’il pleuve parce que les clients restent chez eux, les boutiquiers de Nantes se réjouissent du crachin, des ondées, des grains et des giboulées, sachant que les affaires seront bonnes.   

C’est un phénomène qui n’existe qu’ici… et en Guadeloupe, à un niveau moindre cependant : le Gwad’loupéen craint la grippe, ou plutôt la « mauvaise grippe », en gros… un petit rhume !

… et l’arrivée d’un cyclone…