Alien Covenant

 N’ayant pas vu le deuxième Alien Prometheus filmé par Ridley Scott, j’ai voulu voir le troisième Alien et j’en attendais beaucoup, ayant gardé du premier (sous-titré « Le huitième passager ») un excellent souvenir…

Hélas ! Scott n’a pas pris les mêmes, mais il a recommencé !

Reprenons l’histoire : un vaisseau spatial et son équipage sont en route pour une planète à coloniser. Ils ont en soute 10.000 embryons qui devraient devenir de futurs colons humains quand ils auront terminé le voyage. Le point de chute prévu au programme est encore loin lorsqu’une voix est captée venue d’une planète inconnue vers laquelle ils se déroutent au mépris du planning prévu, mais où les conditions atmosphériques conviennent à une colonisation. L’équipage sort du vaisseau sitôt celui-ci posé, et part se balader sans casque dans une nature presque terrestre qui semble idyllique.

Mais vous l’avez compris, ça va se gâter : l’un d’eux s’est éloigné pour fumer une clope (oui ! ce scientifique qui découvre un autre monde ne pense qu’à la cigarette qu’il a planquée dans une poche de sa combinaison spatiale et allumée avec un zippo) mais en marchant, écrase un œuf et ne s’aperçoit de rien… avant de mourir dans le quart d’heure qui suit en vomissant ses tripes.

Vous l’avez deviné, un œuf s’est aussi introduit dans le vaisseau, et, sitôt éclos, n’a qu’une idée : boulotter les humains à sa portée.

Rien de neuf dans ce film, et quelques rires dans la salle m’ont confortée que nous partagions le même sens du ridicule de certaines scènes.

Ridley Scott a deux suites en préparation. Que va-t-il pouvoir imaginer ?

Vous aimerez peut-être…

J’ai attendu la fin pour sortir, mais que ça m’a semblé long… et fatigant !

17052

§

   Problemos est une comédie qui se veut plus ou moins philosophique.

Eric Judor incarne un père de famille qui, de retour de vacances, fait un détour pour voir l’ancien prof de yoga de son épouse, qui vit dans une communauté retranchée pour défendre un site afin qu’il ne devienne pas un parc aquatique. Rien à voir avec N-D des Landes, bien sûr…

Le camp est cerné par les CRS qui un jour, disparaissent mystérieusement… C’est qu’une pandémie a anéanti les humains et les seuls survivants sont les « retranchés » de la communauté.

N’ayant plus de cause à défendre, ils vont devoir changer leur mode de vie et revoir la hiérarchie de la communauté. Cela va déclencher une lutte larvée pour le pouvoir et laisser apparaître les failles de chaque personnage et l’absurdité de la situation..

Je vous laisse découvrir le reste…

Eric Judor et Blanche Gardin, qui tiennent les rôles principaux, ont co-écrit le scénario, mais j’aurais aimé qu’ils  aillent  encore plus loin dans le délire !

ind17052b