N’étant pas forcément d’accord avec les critiques dans les journaux, je vais au cinéma sans les lire auparavant…

C’est pourquoi je suis allée sans méfiance voir « Life origine inconnue », persuadée qu’il s’agissait d’un documentaire…

En fait, il s’agit d’une fade resucée du premier Alien, celui de Ridley Scott et avec Sigourney Weaver : une station spatiale internationale revient de Mars où elle a prélevé des échantillons dans lesquels le physicien du bord détecte UNE cellule, qu’il va mettre en observation après l’avoir confinée dans les conditions de la vie terrestre. Vous l’avez deviné, les choses vont se gâter et l’alien, baptisé Calvin (du nom d’une école primaire US méritante) qui est devenu monstrueux, va causer la perte de l’équipage… Dix minutes d’une chasse à l’alien dans le vaisseau m’ont parues interminables… et très fatigantes ! Jake Gyllendhaal (Le Secret de Brodeback Mountain) va se sacrifier pour emporter Calvin dans le vide sidéral, après avoir déclaré qu’il ne voulait pas retourner sur la Terre…où il  y a trop de méchants !

Ne restera dans l’épave de la station que la commandante, qui amerrit quelque part en Asie, et ainsi, pourra raconter le synopsis d’un film… que vous pourrez vous passer d’aller voir !

 Aurore, c’est Agnès Jaoui : quinquagénaire ménopausée, sans travail mais tonique et parfois un brin loufoque, qui traverse ce film joyeux et léger. De Nanard, qui l’a larguée pour une plus jeune, elle a eu deux filles qui squattent chez elle et dont l’une d’elles va la faire grand-mère… Je n’en dit pas plus afin de vous donner l’envie d’aller voir Aurore et la lumineuse Agnès Jaoui qui l’incarne superbement.

 index

Mais si vous n’avez qu’un film à voir, il est encore à l’affiche sur les écrans, ne manquez pas cette perle rare : Lion. Ne vous trompez pas, il ne s’agit pas d’un documentaire animalier, et vous n’aurez l’explication de ce titre qu’à la toute fin du film de 1.45 h. L’histoire est vraie et relate l’histoire de Saroo, Indien de 5 ans, qui, enfermé par accident dans un train qui traverse l’Inde, arrive à New Delhi où il échappe par miracle à des trafiquants d’enfants est finalement adopté par un couple australien qui va l’élever. Devenu adulte, il n’aura de cesse de retrouver sa famille, son village, et, avec l’aide de ses amis et grâce à Google Earth, va pouvoir réaliser ce rêve de réunir ses deux familles. Allez voir ce film, rien que pour la prestation de l’enfant dans la première partie, époustouflant de naturel et si craquant, il vous bouleversera !