Je ne vais pas vous faire de blague de potache pour marquer ce 1er avril ! D'ailleurs, je pense que c'est une tradition qui, si elle perdure, a perdu de sa vigueur...

Combien de fois ai-je vu dans ma jeunesse des adultes sérieux auxquels un poisson de papier ou de carton coloré était à leur insu accroché dans le dos ! Même au collège, une copine avait pris le risque d'épingler une de ses oeuvres multicolores au manteau de notre sévère prof de maths ! Personne ne l'avait dénoncée quand la chose fut découverte par un(e) autre professeur(e), sans doute parce que la victime était une peau de vache !

Non ! j'ai envie de vous parler de mion "petit personnel", autrement dit... mes robots !

Pendant des années, Monsieur Vu s'était occupé de mon jardin quand je n'ai plus été en mesure de le faire. Vietnamien, il avait dû quitter son pays pour fuir un régime qui ne lui convenait pas, et avait fait partie avec sa famille, des boat-people sauvés par miracle. Il avait d'abord été débarqué en Italie, où était née sa dernière fille, son cinquième enfant. C'est par hasard que l'Administration avait fixé à Nantes le lieu de résidence de la famille.

Infirmier à Saïgon, il n'avait pas le niveau requis pour exercer en France et il était devenu jardinier... Ses cinq enfants ont tous fait des études supérieures et leur situation leur a fait vite prendre les parents en charge. Mais voilà, le papa s'ennuyait dans son HLM... Il s'était alors inscrit sans le dire dans une agence d'intérim, et c'est ainsi que je l'avais connu. Au début, il ne me répondait pas lorsque je lui parlais, me faisant nettement comprendre que je l'empêchais de travailler ; puis au fil des ans, nous étions devenus assez proches pour que je fasse pour lui des démarches personnelles et que le couple partage nos barbecues . Puis sa femme était peu à peu devenue neurasthénique et ils avaient décidé de retourner au Vietnam où ils avaient leurs racines. 

Lasse d'avoir affaire à des jardiniers du dimanche pour tondre la pelouse, je me suis offert un Robomow (de to mow = tondre), une petite merveille qui se balade dans le jardin de façon aléatoire mais ne laisse aucun brin d'herbe dépasser les autres. Il ne travaille pas le dimanche, ni les jours de pluie. Il fallait lui trouver un nom ; vous l'avez deviné : Monsieur Vu ! 

DSCN2363

Gertrude a longtemps été dans notre famille le nom de notre femme de ménage virtuelle : quand quelque chose était mal fait, ou pas fait du tout, c'était la faute de Gertrude la paresseuse... qui ne protestait jamais... et pour cause !

Aujourd'hui, un disque muni de rouleaux et brosses aspire les poussières et se glisse partout sous les lits, les meubles, évite les escaliers et retourne seul sur son socle lorsque sa batterie a besoin d'être rechargée. Et c'est tout naturellement que nous l'avons appelé Gertrude.

Gertrude ne râle jamais, obéit sans rechigner lorsque je la mets au travail, et quand je l'autopsie (car elle ne se vide pas seule), je suis stupéfaite d'y trouver tant de poussière !

P1100750

J'ai, bien sûr, des vidéos de mes robots au travail mais voilà... je n'arrive pas à les publier sur le blog... alors vous devrez vous contenter des photos !

Au passage, jetez un coup d'oeil sur le carrelage ancien que j'ai la chance de fouler chaque jour...