P1090580

Un misérable village d’esclaves est resté presque intact tout à côté de l’invraisemblable boui-boui où est prévu le déjeuner. Le décor me rappelle celui de Wal & Mikes en Alaska en plus vaste et plus rock’n roll encore…

P1090583

IMG_0083

Une accumulation de license plates éparpillées un peu partout me laisse à penser que je vais pouvoir contenter l’un de mes descendants auquel il en manque 7 sur les 50 des USA du continent (mais qui a déjà celles d’Hawaii et de Guam…) sans parler de Panama, Bolivie etc… Ici, il y a même quelques plaques françaises. J’ai pu « faire affaire » avec le pittoresque patron qui m’affirme que je ne trouverai pas facilement une plaque d’immatriculation de Washington DC… mais me souhaite bon courage ! Le District de Columbia dans lequel est située la ville de Washington abrite non seulement la Maison Blanche, mais aussi  le Capitole et la plupart des ambassades étrangères. Du beau linge dans de belles voitures dont les plaques périmées n’inondent pas le marché des collectionneurs ! il faut se souvenir qu’ici la loi fait obligation et ceci depuis longtemps, qu’une voiture garde toute sa vie la même immatriculation.

P1090643

 

P1090588

P1090611

Nous allons embarquer sur un bateau à fond plat avec pour captain le fils de la maison qui parle un français savoureux, mais pas toujours très compréhensible. Le bayou que nous allons découvrir est large, aussi large qu’une rivière, mais peu fréquenté par les oiseaux, et seuls quelques-uns se montrent, peut-être pour faire connaissance avec les cousins français ? Jean-Charles a cependant pu tirer le portrait d’une tortue qui musarde au soleil sur un tronc d’arbre mort. Je suis convaincue que nous allons emprunter un bras du bayou plus étroit afin d’apercevoir une faune plus riche, mais nous sommes restés sur le cours principal. Lorsque j’étais venue en Louisiane il y a trois ans, nous avions pris un bayou étroit et le spectacle se déroulait à nos pieds et les mamans alligators regardaient benoîtement ces drôles de gens qui lançaient à leurs bébés des déchets de poulet dont la date de consommation était largement dépassée, mais que les petits avalaient goulûment ! Une multitude d’oiseaux restaient à portée d’objectif et se laissaient photographier en prenant la pose… Ici, rien de semblable ; notre captain a cru entrapercevoir un mouvement dans l’eau et pense qu’il peut s’agit d’un alligator qu’il tente d’appâter avec des chamallows… qui restent en surface sans trouver d’amateur... Cependant, deux yeux affleurent l’eau et glissent vers la végétation de la rive, laissant là les friandises dont visiblement, leur destinataire se méfie.

Le poulet avarié aurait-il été plus apprécié ? Pas sûr...

P1090600

Le bateau s’est approché de la rive boueuse où descend le captain qui rapporte trois coquilles vides d’énormes escargots (immangeables) mais qui, bien nettoyés, sont ici utilisés en carillons d’entrée.

P1090595

C’est quoi ces sortes de panaches ? Quelqu’un près de moi a posé la question. Il est vrai que ces légères mousses végétales qui pendent des arbres en longs filaments légers, ont été, par dérision, appelées « barbes d’Espagnol » par les autochtones, nom qui est encore d’actualité de nos jours… C'est une sorte de parasite, un genre de crin qui s'accroche et pousse sur les branches des cyprès et des chênes.  Séché, il sert d’isolant dans la construction des maisons et pour le rembourrage des fauteuils ou des matelas.

IMG_0023

Le bateau a amorcé son demi-tour sans que nous ayons pu voir les richesses de la faune  qui vit en ces lieux. Un autre bateau rapide à moteur bruyant est passé en provoquant de puissantes gerbes d’eau qui effraient probablement les oiseaux qui préfèrent nicher dans des lieux plus paisibles.

Allons donc nous remplir l’estomac dans la vaste salle où sont alignées les tables devant un orchestre cajun (cadien) constitué de deux ancêtres chapeautés qui vont assurer l’ambiance pendant le repas.

IMG_0068

Un tour aux toilettes permettra aux sceptiques de se convaincre que nous sommes vraiment dans un endroit  atypique dont il ne doit pas en avoir tant aux USA : le petit coin vaut le déplacement et affiche un bel esprit d’originalité. Nul n’ignore que la plupart des Ricains sont plutôt coincés en certains domaines… au moins en apparence ! 

DSCN2873

Quelques-uns ont décidé d’aller voir des alligators miséreux parqués à deux pas du restaurant. J’ai préféré rester sur mes souvenirs de mères alligators en liberté dans leur bayou natal surveillant leurs bébés gloutons…