Trépidations

Non Mrs Freeman, je ne vous paierai pas ce tableau que pourtant je vous avais commandé pour l’offrir à nos parents ! Je comprends aujourd’hui les raisons qui vous faisaient refuser que nous jetions un œil sur votre toile après chaque séance de pose !

Pourquoi nous avoir fait ces têtes d’ahuries à ma sœur Teresa et moi ? Vous nous aviez demandé d’être aussi naturelles que possible, et c’est ce que nous nous sommes efforcées de faire ! Je voulais que mon visage soit le reflet de mes pensées positives et ne revivais que des souvenirs agréables et j’anticipais le plaisir qu’auraient nos parents d’avoir chaque jour sous les yeux le portrait de leurs deux filles souriantes.

Votre notoriété grandit et nous avons fait confiance au galeriste qui nous a adressé à vous, disant que vos portraits sont remarquables et vos prix encore abordables malgré votre célébrité montante.

Je ne prendrai même pas de photo de cette … chose qui est plus proche d’une caricature que d’une œuvre de Patricia Freeman. Ma sœur ne supporterait pas de se voir avec un tel visage de crétine dégénérée et je refuse de lui donner un tel choc.

Ah ! autre chose Mrs Freeman : je vous demande instamment de détruire cette toile, et, dans tous les cas, sachez que  je vous attaquerai en justice si, malgré cette injonction, vous l’exposez ou si vous la publiez sur Internet.

Vous m’avez bien comprise ?

Au plaisir de ne jamais plus vous revoir Mrs Freeman !