Il es 13 h, je viens de me réveiller après presque 12 heures de sommeil ! Je ne parviens pas à récupérer mes forces bien que je ne fasse rien d'autre que de délirer sur le thème que nous impose Lakévio...

Voici mon devoir de ce lundi :

Les yeux de Rachel

Rachel au café

Les yeux de Rachel

 

Lorsqu’elle m’a appelée, j’ai immédiatement compris au son de sa voix que Rachel était tourmentée. Elle ne pouvait m’en dire davantage au téléphone, disait-elle, mais avait besoin de me voir aussitôt que possible.

Elle tenait à me rencontrer seule et c’est la raison pour laquelle elle me fixait un rendez-vous le jour même au buffet de la gare de Nantes où elle me rejoindrait entre deux trains. Elle précisait que ce serait dans le plus grand secret : et me fit jurer de n’en parler à personne…

« A personne, tu m’entends bien ? »

Et nous voici dans le décor banal de ce buffet de gare où sa somptueuse chevelure auburn met si bien en valeur ses magnifiques yeux bleus. Elle n’a pas encore entamé son café et un carnet de notes manuscrites est ouvert devant elle. Elle me saute au cou et me serre contre elle comme une noyée le ferait de son sauveteur.

« Oh marraine… si tu savais ! »…

Ma première impression est que Rachel est amoureuse et qu’elle a choisi d’aimer dans la clandestinité, car je sais que ses parents ont l’esprit assez ouvert pour accueillir un gendre ou un petit ami atypique… mais libre !

Non ! Rachel n’est pas amoureuse… enfin pas vraiment, même si c’est son chéri du moment qui est à l’origine de ses tourments. Il lui a dit hier tout de go :

« Mais où t’as été chercher tes yeux bleus alors que toute ta famille a les yeux sombres ? »

« Toi-même Marraine, comme Papa et vos parents, vos yeux sont noisette ou marron. Fred et Marc mes frères aînés aussi. Alors ? Un doute affreux me taraude depuis et j’ai passé une nuit affreuse à bâtir des hypothèses...

  • Je suis certaine de n’avoir pas été adoptée : j’ai souvent vu le livret de famille et je sais que ma naissance a été enregistrée le jour même
  • J’ai peut-être été substituée à un autre bébé à la clinique et nous sommes alors deux à vivre dans une famille qui n’est pas la nôtre
  • Et la pire, l’inacceptable : je ne suis pas la fille de mon Papa ton frère, mais le fruit d’un adultère

Je t’en supplie Marraine, dis-moi ce que tu en penses !

Abasourdie, assommée, me voilà soulagée par cette révélation inattendue de sa part, car je croyais le sujet réglé depuis des années, mais visiblement, Rachel a oublié les recherches auxquelles la famille s’était livrée avec l’aide d’un ami biologiste. Les lois de Mendel sur l’hérédité ont révélé que la probabilité pour des parents aux yeux marron d’avoir un enfant aux yeux bleus malgré le gène récessif est rare, mais pas exceptionnelle.

« Et sache que tu es bien la fille de tes parents, et aussi ma nièce exceptionnelle et adorée ! Dès ce soir, tu vas leur parler à cœur ouvert et leur avouer tous les doutes qui t’ont assaillie depuis hier parce que tu avais oublié une vérité que ton jeune âge t’avait fait occulter ! ».3

 

Rachel, transfigurée, a repris son train avec des ailes aux pieds !