Nous avons quitté Chicago par l’ancienne Route 66, devenue 55 pour d’obscures raisons. Construite sur les premiers chemins indiens qui suivaient les traces des bisons, elle servit d’abord à l’ouverture des routes vers l’Ouest par l’Armée. Puis vers 1925, les camions permirent les échanges commerciaux entre Chicago et la Côte Pacifique. Ensuite vint la grande dépression de 1929 où les banques firent faillite, et durant 8 ans, une grande sécheresse jeta sur les routes de l’exode les fermiers dont les terres trop friables qui avaient été balayées par les vents étaient devenues stériles. Ils voulaient vivre en Californie qui leur semblait un éden. Souvenez-vous des « Raisins de la Colère »…

Les Raisins de la Colère

DSCN2592

La  petite ville de Pontiac célèbre haut et fort ses liens avec la Mother Road et proclame urbi et orbi que la Route 66 commence dans l’Illinois ! Ici tout lui est consacré et un petit musée attenant à la mairie rappelle avec nostalgie la grande époque où la route était le lien vital entre Chicago et les Grands Lacs jusqu’à Santa Monica au bord du Pacifique. Il n’en reste désormais plus que des tronçons qui traversent des villages où rien ne  semble avoir changé depuis les années 50 et où l’on pourrait se croire revenu dans un film en noir et blanc de l’époque. C’est un sentiment que j’ai plusieurs fois éprouvé en parcourant cette route devenue mythique au fil des ans, d’autant plus que des fans tentent de la faire revivre et des groupes de bikers parfois hors d’âge, la parcourent sagement sur leurs grosses machines. Pas d’excès de vitesse ; ils savourent ici des moments privilégiés et aiment à retenir les puissants chevaux de leurs Harley Davidson qui en ronronnent d’aise… Les communautés hippies des sixties transformaient des bus pour en faire leur sleepings et parcouraient le pays au gré de leur fantaisie, jusqu'au Pacifique et San Francisco

DSCN2595

.

Bikers

Biker dans la fleur de l'âge

DSCN2597

DSCN2590

DSCN2599