Mardi soir 30 juin, la Fée Electricité a fait faux bond à nombre de foyers du Grand Ouest… et j’ai ouï dire d’ailleurs aussi.

La canicule serait en cause : les transformateurs de nos centrales sont des outils délicats qui ne supportent pas les grandes chaleurs et si l’un d’entre eux a ses vapeurs et s’arrête de fonctionner, les autres refusent de prendre leur part du travail et stoppent à leur tour…

Mardi soir donc, j’étais sans méfiance devant la TV et regardais pour la centième fois « La Traversée de Paris » où Marcel Martin (Bourvil) et Grandgil (Gabin) font connaissance dans le restaurant dont le patron (Jacques Martin) vient juste de souffler la lampe à pétrole puisque l’électricité revient à 7 h après la coupure quotidienne de ces temps de pénurie qu'ont été les années d’Occupation…

affiche film

Le courant est rétabli dans le film… et ma TV s’éteint alors, ainsi que la lampe près de mon fauteuil ! Damned ! Keskisspass ? Ca ne pourrait durer longtemps. Le nez à la fenêtre… mes voisins s’enquièrent aussi et comme moi constatent que nous sommes dans le noir complet : les lampadaires de la rue sont éteints et le halo qui, habituellement couronne la ville de lumière a disparu, laissant apparaître faiblement la pleine lune à son lever.

Il reste à s’armer de patience. Quoi faire ? Je suis une couche-tard et n’ai plus de piles chargées dans les divers postes de radio dispersés dans la maison… L’ordi… pas question pour les mêmes raisons (je ne mets les batteries que lorsque je voyage).

Et si j’allais à l’étage voir si la panne est générale ? Car côté Sud, mes Velux me donnent un panorama étendu jusqu’à l’aéroport à 7 km.

Bernique ! Je réalise que les volets électriques  roulants des Velux sont abaissés et que je ne peux pas même entrouvrir les fenêtres sans endommager ceux-ci. Et que, à part la porte d’entrée principale, je serais bloquée dans ma maison dont je ne pourrais sortir, puisque tout le reste est à commande électrique, y compris la porte du garage !

Comme nous sommes devenus dépendants de la Fée Electricité !

Dans le noir (j’ai des bougies, mais où ?) je me remémore mon enfance où mes parents utilisaient l’électricité pour seulement  trois fonctions :

  1. l’éclairage
  2. le repassage
  3. la radio

Monte-et-Baisse

 abat-jour verre

 

 

 

 

 

 

 

Il n’y avait aucune occasion de brancher un autre appareil électrique pour une raison simple : nous n’en connaissions pas !

Nos lampes étaient surmontées d’un abat-jour en verre opaque blanc dont la bordure ondulée était transparente ; dans la cuisine, un contrepoids permettait de descendre la lampe très bas au-dessus de la table, car l’ampoule n’avait qu’une faible puissance : 25 watts (peut-être 40 ?). Je n’aimais pas ce contrepoids que je trouvais très disgracieux…

Ma mère utilisait un fer à repasser électrique, ce qui était un confort considérable comparé à celui à braises ou des plaques dont ma tante se servait. Celui de Maman n’était pas équipé de thermostat (inconnu à l’époque) et il arrivait que des traces de roussi marquent le linge blanc.

fer 1Ancien_fer_a_repasser_a_braisesplaque

  Mais mon bonheur était d’écouter le poste de radio Philips qu’à tort nous croyions venu des Pays-Bas alors qu’il était allemand ! Nous étions parmi les rares familles du bourg à posséder la TSF comme on disait. Je vous parlerai un jour de ce Philips (celui de mes parents) qui est en lieu sûr jusqu'au siècle prochain où il sera dans exposé dans un musée. L'image qui suit vient d'Internet.

philips

Croyez-le ou non… nous croyions être à la pointe de la modernité de l’époque et nous étions satisfaits de notre vie !

Ouest-France du surlendemain jeudi explique ce que la radio nous avait appris la veille: des transformateurs de plusieurs centrales électriques n’ayant pas supporté la chaleur avaient pris feu. 230.000 foyers nantais ont été dans le noir… mais 930.000 depuis St Malo jusqu’à la Vendée.

Panne EDF