Je vais vous raconter une histoire :

Ce soir, une vieille dame, sortant de chez sa podologue, décide d'aller faire un tour au Lidl de son quartier. Elle aime bien Lidl, on y trouve parfois des ustensiles venus d'ailleurs qui se révèlent astucieux pour un prix modique. Le dernier fut un bidon à utiliser avec un aspirateur et qui permet de nettoyer vite fait les cendres de la cheminée...

Aujourd'hui, rien ne l'a tentée, mais elle a fait le plein de yaourts, de fruits et de légumes, de quelques surgelés et de graines apéritif. Sur le parking, le gérant du Lidl lui a donné, comme à chaque personne qui sortait un pot d'orchidées invendues et invendables... La vieille dame a ouvert son coffre pour entrer ses achats lorsque le gérant est venu lui donner la dizaine de pots qui lui restait et les a posés près des yaourts, des légumes et des fruits.

Pas moyen de libérer le jeton du caddy... Un client qui sortait avec ses packs de bière, la voyant dans l'embarras, libéra le jeton d'un geste puissant, et lui glissa gentiment : "Ca vaut bien un euro, non ?". La vieille dame a craqué devant cet "accidenté de la vie" qui se console comme il peut, et lui glissa l'euro qu'elle venait dix minutes auparavant de découvrir dans la poche de sa veste... et du coup, en oublia son sac resté accroché au caddy.

Elle habite à un kilomètre de là, mais s'aperçut de son oubli avant d'arriver chez elle... et retourna ventre à terre à Lidl. Bien entendu, nul sac accroché au caddy, ni déposé au bureau du gérant. Le sac contenait outre tous les papiers d'identité de la dame, un carnet de chèques, la carte grise de la voiture, son trousseau de clés, la télécommande du garage, sa carte Vitale, et son porte-monnaie, vide de billets de banque, mais contenant diverses cartes, dont la plus importante, la Mastercard.

Pas moyen d'entrer chez elle. Ses voisins ont bien la clé, mais ils sont absents. Il lui faut, penaude, aller chez son fils et sa belle-fille emprunter la leur et expliquer son étourderie... "Ca ne m'a pas réussi de donner cet euro de ma poche, car si j'avais dû fouiller dans mon sac, je ne l'aurais pas oublié". Flo conseille d'aller faire une déclaration, car il y a peut-être une chance de récupérer dans un coin abandonné les choses qui n'intéressent pas celui qui a trouvé le sac. Bien entendu, à 19 h 05, le commissariat du quartier a baissé son rideau de fer (8h/19h) donc il faudra revenir demain matin. La vieille dame pense aux clés de sécurité horriblement chères qu'il va falloir refaire après avoir changé la serrure, à la télécommande du garage qu'il faudra racheter après avoir changé les codes, aux papiers d'identité et à la carte grise qu'il va falloir refaire... que de tracas en perspective !

Il faut dire que ce Lidl est fréquenté par une large frange de la population, mais qu'un certain nombre est plus ou moins composé de marginaux, d'accidentés de la vie pour lesquels un sac trouvé est une aubaine qui va permettre de mieux se réchauffer la tuyauterie interne.

La vieille dame revient chez elle,et va ouvrir le garage de l'intérieur. Elle enclenche la marche arrière et voit une voiture rouge se garer. Elle a cru reconnaître celle de sa voisine, mais l'immatriculation étrangère lui saute aux yeux : "Je peux vous aider ?" dit-elle à l'automobiliste qui vient d'ouvrir sa portière et qui soudain brandit... le sac oublié !

Il est Polonais, se confond en excuses d'avoir dû fouiller le sac pour en connaître le ou la propriétaire, et semble surpris d'être si chaleureusement remercié. La vieille dame veut à tout prix qu'il laisse ses coordonnées car elle tient à le recevoir chez elle avec son épouse, pour lui dire sa reconnaissance par un repas amical.

J'en saurai plus sur lui dans quelques jours, car, vous l'avez compris, l'étourdie, c'est moi !

Qui a dit que le monde est pourri ?