Vendredi 16 octobre

DSCN3544Tout a changé en Chine depuis vingt ans... excepté les tracasseries et les complications. Mais pourquoi faire simple, puisqu'on peut faire compliqué en optimisant les embrouilles ? En somme, la loi de l'emm... maximum !

Une note a prévenu les passagers que les autorités chinoises doivent vérifier tous les passeports avant de donner le feu vert au vaisseau. Craignant peut-être que le navire ne soit un nid d’espions venus abattre un régime vieux de 60 ans tout juste, les dites autorités ont pris tout leur temps, et il a fallu s’entasser dans le théâtre pour attendre d’être appelé selon les choix d’excursions. Joyce et moi avions prévu une balade en train de Xingang à Tianjin. Notre groupe a été leDSCN3561 dernier appelé, les embarras de circulation faisant le reste, DSCN3565bien entendu, le train ne nous avait pas attendus, et le bus devra nous conduire jusqu'à Tiangin, ce que je regrette d'autant plus que je me réjouissais de cette escapade avec la population autochtone. Ici, les vélos sont en grand nombre, et c’est encore le meilleur moyen pour se glisser dans les embouteillages monstrueux de ce vendredi, où même les bus des travailleurs sont bloqués. Des amoureux se sont lâché laDSCN3567 DSCN3574main juste avant mon cliché, mais c'était une image impensable il y a vingt ans.

           Une brume grise et jaunâtre flotte au-dessus de la ville et voile les immeubles jusqu’à l’horizon : la pollution. Pour construire, on démolit de petits immeubles à la périphérie de la ville, qui vraisemblablement, laisseront la place à ces gigantesques machines à habiter vides qui fleurissent à perte de vue.

DSCN3584 DSCN3586

DSCN3594

DSCN3589

Les Chinois ont aussi découvert le principe des autoroutes à péage.DSCN3599

DSCN3613Au lieu du train, dont j’ai gardé un souvenir pittoresque, c’est le bus nous conduira à Tianjin pour nous laisser devant le luxueux centre qui abrite des boutiques prestigieuses européennes : Dior, Bulgari, Céline, Lancôme, Armani, Louis Vuitton Chanel… et j’en passe ! Les grooms qui règlent la circulation dans le parking (oui !) sont vêtus de pantalons écossais rouges, d’une veste cintrée à boutons dorés etDSCN3615 P1010026coiffés d’une casquette écossaise. Joyce s’adresse à l’accueil afin de savoir si le Muséum est ouvert. Tandis que la préposée ne semble pas faire de zèle pour lui répondre, j’admire une composition de roses « Superstar » et de strelitzias posé sur le coin du bureau, et braque mon appareil photo. Aussitôt un vigile intervient « Forbidden »… Un bouquet de roses ? Il ne veut rien savoir ! Courteline n’est pas mort, même en Chine : le règlement, c’est le règlement !

J’ai bien compris que ce qui est interdit, c’est de photographier les boutiques alentour, mais celles-là, on s’en fiche… on a les mêmes à la maison ! DSCN3607Le Muséum est à proximité, mais il faut marcher près d’uTianjin_museumn kilomètre et contourner une grande clôture illustrée des images de la Chine « moderne » à l’exception toutefois d’une superbe illustration de la Grande Muraille avant de parvenir à l’entrée du musée en forme de coquille posée sur un plan d’eau et dont une longue avancée de panneaux de verre abrite l’accueil, le snack et ses tables rondes, les boutiques et les DSCN3621services de sécurité. Même si mon dos me fait moins souffrir la longue marche (non, ce n’est tout de même pas celle de Mao…) a réveillé la douloureuse contracture de ma jambe. Je me traîne jusqu’à une chaise pour un instant de repos, tandis que Joyce part à la découverte des trésors exposés.

J’ai commencé la visite par le dernier niveau qui raconte l’histoire de la ville et de ses forges, un tramway presque centenaire, l’arrière d’un cargo british de l’époque où la concession anglaise occupait une grande place à Tianjin. Une vaste fresque idéalise les héros la Révolution, la vraie, celle qui a abouti à l’instauration du communisme le 1er octobre 1949, il y ajuste 60 ans… Je n'ai pas pris mon Nikon puisque les photos sont interdites mais les visiteurs chinois n’ont semble-t-il pas compris, car ils s’en donnent à cœur joie sous l’œil impavide des gardiens. Un silence pudique couvre la Révolution Culturelle de 1976 qui a fait tant de dégâts dans les âmes et dans le patrimoine.

DSCN3636Le retour jusqu'au bus sera long, pénible… Comment traverser le large boulevard sans retourner au croisement que supervise un policier ? Des cyclistes s’insèrent dans la circulation dense, et je demande par signes à un homme arrêté au bord du trottoir si nous pouvons aller de l’autre côté ; mon langage des mains a été compris puisqu’il s’avance sur la première file en levant la main, nous appelle en progressant et les voitures font un écart sans ralentir, mais sans nous accrocher puisque nous sommes arrivés tous les trois sans dommages sur le trottoir en face. Les automobilistes chinois conduisent à la manière des Napolitains, slalomant et prenant de grandes libertés avec le code qu’ils interprètent d’une manière très personnelle. Plusieurs accrochages spectaculaires et sans gravité ont émaillé cette journée.

P1010038Des détonations suivies d’une pluie de confettis annoncent un mariageP1010039 dans un hôtel proche dans lequel j’ai bien l’intention de me poser sur un siège. Le Crystal Palace a étendu sur le sol une longue bande de pétards, mais la mariée n’est pas encore arrivée. Nous bavardons un moment avant de repartir… et quatre policiers encadrent maintenant l’entrée du jardin où les voitures du cortège vont pouvoir se garer. Les voilà juste qui surgissent, tous klaxons hurlants, la première avec une énorme gerbe de fleurs rouges sur le capot et enrubannée de rouge, comme le sont les suivantes. Une silhouette vêtue de rouge entrevue… le long craquement des centaines de pétards qui éclatent… et c’est fini.

DSCN3639L’une des jeunes guides parle un français hésitant, mais elle est si heureuse de m’annoncer qu’elle part à la fin du mois à Pau étudier notre langue pendant deux ans, et va chercher pour moi son livre en chinois, illustré des sites fameux de France. Je laisse ma carte à Leele (Lili) et nous nous reverrons peut-être. Elle m'a contactée il y a quelques jours et viendra au printemps passer quelques jours à la maison.

Les embouteillages sont du même tonneau que ceux de ce matin, mais dansDSCN3672 la nuit, la longue théorie des phares ou des feux rouges permet de visualiser l’importance du phénomène. Les immeubles à DSCN3677l’architecture futuriste sont bordés de lumières qui en soulignent les contours.

Un tour au Lido faire le plein de glaçons fins pour le coussin de mon dos et me faire un nid douillet ( ?) mais gelé qui devrait me soulager.

Est-ce un chiot qui est couché sur le lit ce soir ?

Il y a vingt ans, les cartes bancaires n'étaient pas aussi courantes qu'aujourd'hui, et pour ma part, je n'en possédais pas. Il fallait aller à la banque changer nos billets de la Banque de France, et je me souviens encore de l'exclamation de stupéfaction de Yan, notre jeune guide lorsque j'ai sorti une coupure de 500 F... La banque chinoise donnait aux touristes des billets neufs aux dessins différents de ceux en circulation communément. Les marchands nous rendaient la monnaie avec de vieux billets crasseux, et jamais avec des "beaux". Yan avait fini par expliquer que pour nous, étrangers, seule la valeur faciale était prise en ciompte, alors que pour les Chinois, les billets neufs valaient dix fois plus, comme si un zéro avait été ajouté. Pour les touristes, rien n'était changé si on nous rendait un vieux billet en dentelle. Cette pratique ne semble plus exister aujourd'hui.

Si vous voulez voir à quoi ressemblent les yuans... Côté face, ils sont identiques : le Grand Timonier semble toujours être à la barre. Je crains que ces yuans n'apparaissent en ordre dispersé !

DSCN3618DSCN3626

DSCN3628DSCN3619DSCN3641DSCN3630