Vous n’avez pas oublié mon amie Ellen, la merveilleuse vieille dame de Caroline du Nord, qui est volontaire sur tous les fronts où la Nature envoie ses catastrophes  et les calamités qui accablent les pauvres gens.

Elle m’a longuement écrit pour dire ce qu’elle a vu, et je vous fais part de quelques-unes de ses réflexions que j'ai traduites…

Témoignage après les tornades…

Quelle différence d’un jour à l’autre! Dans les dernières heures du 5 février, les divers membres de la famille de Scott « étendue » ont vaqué à leurs occupations comme d'habitude.

-         Marie Virginia Scott Carmouche et son mari Bob dans le cadre de leur confortable maison sur les terres de la ferme familiale

-         son frère Willie, qui vivait seul, dans la simple maison de bois voisine où son père est né

-         Jack et sa femme Vicki dans un mobil-home de l'autre côté de la route

-         Clarence Hayne Scott, le père de Mary, Willie et Jack, avec sa femme Christine dans une caravane à l'ombre de la vieille maison inoccupée et sans électricité où ils ont grandi.

Cette nuit-là, une série de tornades a plongé sur les terres accidentées de cette communauté familiale du Centre-Nord du Tennessee et à l'aube il était évident que la maison des Carmouche avait un trou béant dans façade; que le toit de Willie était parti, que le mobil-home de Jack n’était plus qu’un tas de décombres; que la maison de l'aîné des Scott aînés était partie… et eux aussi. Le corps de Clarence Scott, au soir de ses 80 ans, a été trouvé ce matin en haut près de la grange où il élevait ses moutons, et plus tard dans la journée, celui de sa femme qui gisait dans un champ de l'autre côté de la grande route. Le reste de la famille ne savait plus quoi devenir avec deux maisons endommagées, deux maisons détruites, deux morts et deux obsèques, la perte de 17 moutons et miraculeusement, la naissance d'un agneau en cette nuit qu'on peut appeler celle de "la tempête monstrueuse"  C'est juste une histoire  parmi les centaines de terrifiantes histoires  et la description des destructions engendrées par les violentes tempêtes  qui ont sévi cette nuit-là au Tennessee. Comme dans beaucoup de ce type de catastrophes naturelles, les histoires sont strictement semblables, avec seulement les noms, la sévérité des pertes et le nombre de morts qui changent… Certaines sont des étonnants récits de survie, comme ça a été le cas d'une famille de cinq personnes, incluant un nouveau-né qui s'est entassée dans le placard central de leur mobil-home que la tornade a renversé sens dessus dessous. Vous ne pouvez plus distinguer la caravane; elle n'est plus que des débris tordus. Mais ils sont tous sortis vivants. Certaines des histoires sont plus dramatiques que d'autres, mais toutes me brisent le coeur.

Comme je le disais, c'était du boulot, mais j'ai été heureuse de le faire.

J'ai eu la bonne fortune de travailler de nouveau avec Ed Porter, ce photographe extraordinaire "le Sage de Sioux City". Il est si bon dans tout ce qu'il fait que notre manager nous a "attelés" comme une équipe de photo/auteur. En somme, nous avons fait du bon travail.

Les gens de cette partie du Tennessee sont incroyablement réalistes, fiers, indépendants et gentils, malgré leur souffrance. Ils ne sont pas parmi les nantis de ce pays... 

Comme toujours, j'ai été heureuse de rentrer à la maison, mais je suis encore plus heureuse d'avoir fait cette expérience. 

La paix

soit avec vous.

Hélène Scarborough